BFM Business

Doux ou Tilly-Sabco ne seront pas sauvés par la BPI

Nicolas Dufourcq annonce que Bpifrance ne peut reprendre en direct des sociétés en difficulté

Nicolas Dufourcq annonce que Bpifrance ne peut reprendre en direct des sociétés en difficulté - -

Nicolas Dufourcq, le directeur général de Bpifrance, a déclaré ce mercredi 6 novembre, que la banque publique ne reprendait pas directement ces entreprises en difficulté. Ce n'est pas dans sa mission.

La BPI ne compte pas reprendre Doux ou Tilly-Sabco. Le directeur général de Bpifrance a indiqué, ce mercredi 6 novembre, que la banque publique n'avait pas vocation à reprendre en direct des entreprises en difficulté.

"Il y a des situations qui sont des situations tendues, (...), je pense en particulier à une société qui s'appelle Doux. On essaie de faire le maximum", a déclaré Nicolas Dufourcq, interrogé sur Radio Classique sur une éventuelle intervention de son établissement pour sauvegarder plusieurs sociétés de l'agroalimentaire en difficultés.

"Mais on ne fait pas de reprise en direct. On ne peut pas le faire", a-t-il souligné.

Des cas de figures très variables

En ce qui concerne les entreprises en difficulté, "les cas de figure sont très, très variables", a relevé Nicolas Dufourcq.

"Vous avez des sociétés qui connaissent un pépin transitoire. (Pour) celles-là, on fait le maximum pour les aider. Vous avez des sociétés qui sont depuis de nombreuses années, en réalité, dans une difficulté structurelle, en déclin et il faut que quelqu'un les reprenne", a poursuivi le directeur général.

Dans ce cas-là, Bpifrance "accompagne le repreneur" en prenant une participation minoritaire. "C'est le repreneur qui fait en général le travail assez cruel, assez difficile de réduction des coûts".

Diane Lacaze & AFP