BFM Eco

Dégressivité des allocations, contreparties au RSA: les propositions de Bayrou et Wauquiez pour l'emploi

François Bayrou

François Bayrou - BFMTV

Invités de notre grand débat "La crise, et après?", les présidents du MoDem et des Républicains ont fait part de leurs solutions pour permettre le retour à l'emploi.

C'est un sujet qui revient régulièrement sur la table. Et pour cause, la lutte contre le chômage reste une priorité aux yeux des Français. Lors de notre grand débat "La crise, et après?", Français Bayrou s'est dit ce mercredi soir favorable à "un plan de reconversion des gens qui sont au chômage".

Le président du MoDem a expliqué qu'il ne fallait pas "hésiter à prendre des décisions difficiles, parce que c'est vrai que l'organisation de nos allocations chômage fait qu'un certain nombre de gens restent à l'écart de l'emploi". Interrogé sur la possibilité de mettre en place la dégressivité des allocations, François Bayrou ne s'y est pas montré défavorable. 

"Ce n’est pas agréable à dire. Ce serait plus simple de dire 'on va donner des allocations à la Terre entière'", a-t-il poursuivi. Le président du MoDem a pris l’exemple d’une de ses connaissance, chef d’entreprise dans le BTP, qui a "offert 4 propositions de CDI à des jeunes qui les ont refusées parce qu’ils préfèrent l’intermittence ou la permittence, c’est-à-dire travailler comme intérimaires à +10% de salaire, puis ‘arrêter pour aller recharger leurs droits et revenir après". 

Wauquiez favorable aux contreparties au RSA

De son côté, Laurent Wauquiez a dit vouloir un "système social" qui "permette aux gens de retourner au travail". "Je me bats depuis longtemps pour qu'en contrepartie du RSA, on propose des heures de travail", a-t-il ajouté. 

À ce titre, le président des Républicains a réitéré sa proposition de "lancer une expérimentation de contreparties au RSA" dans sa région Auvergne-Rhône-Alpes. "On verra si ça marche. Si ça ne marche pas, on arrête", a-t-il précisé. 

Ce à quoi le délégué général de La République en marche Stanislas Guérini a répondu: "Vous parlez d'accompagner les chômeurs. Je ne sais pas si on a affaire au Laurent Wauquiez du bullshit mais il y a un double discours. Vous avez baissé de 127 millions d'euros l'aide aux chômeurs". 

Et Laurent Wauquiez de rétorquer: "Dans ma région, ce n’est pas l’argent qu’on dépense qui compte c’est si on ramène les gens vers l’emploi. Si vous voulez c’est qu’on finance des formations qui ne débouchent sur rien, de stages parkings, je vous le confirme ça ne m’intéresse pas. Ma région a un taux de baisse du chômage plus rapide qu’ailleurs."

Paul Louis