BFM Business

Contrôle des chômeurs: 8 Français sur 10 sont favorables à un contrôle renforcé selon un sondage

-

- - -

Selon un sondage Ifop, 8 Français sur 10 sont favorables à un contrôle renforcé des chômeurs. L'idée a été relancée par Pierre Gattaz, le patron du Medef, affirmant mardi qu'il était essentiel de mettre en place "un contrôle journalier ou hebdomadaire des chômeurs".

La polémique s’est répandue comme une traînée de poudre. Mardi 17 octobre, Pierre Gattaz, le patron du Medef a estimé lors d’une conférence de presse qu’il était essentiel de mettre en place "un contrôle journalier ou hebdomadaire des chômeurs". Et selon un sondage Ifop réalisé pour l’Opinion et la Fondation Spinoza, près de huit Français sur 10 sont pour un contrôle renforcé des chômeurs.

"Une très large majorité des Français plébiscite le renforcement du contrôle des chômeurs (84%), ou encore la suppression de l’assurance chômage en cas de refus de deux offres d’emplois (62%)", assure l’institut de sondage.

"Effet contre-productif"

Dans le même temps, 82% des sondés voudraient permettre aux travailleurs indépendants de bénéficier d'une partie de l'assurance chômage, et 6% d'entre eux souhaiteraient permettre aux salariés démissionnaires de bénéficier de l'assurance chômage "1 fois tous les 5 ans", assure l'étude.

Mardi dernier Pierre Gattaz avait assuré qu'il fallait que "le système soit incitatif à la reprise d’emploi et aide réellement à retrouver un emploi. Il ne faut pas qu’il donne un confort fictif qui entraîne encore plus de difficultés quand il prend fin".

Un contrôle renforcé des chômeurs est pratiqué dans de nombreux pays d'Europe. Au Royaume-Uni par exemple, les demandeurs d'emplois signent un contrat s'engageant à rechercher un nombre d'emplois précis. Des contrôles sur ces recherches sont effectués tous les 15 jours.

Pourtant, l'économiste Anne Fretel affirmait pour RMC.fr, que ces contrôles avaient un "effet contre-productif" et, qu'aucune étude n'avait permis d'établir "de lien entre le renforcement des contrôles et la baisse du chômage.

G.D.