BFM Business

Continentale Nutrition: le plan de reprise globale menacé

Le site de Boulogne, ici en photo, pourrait notamment être impacté par la décision rendue ce lundi sur Pet Food.

Le site de Boulogne, ici en photo, pourrait notamment être impacté par la décision rendue ce lundi sur Pet Food. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le tribunal de commerce d'Agen a placé, ce lundi 10 mars, Pet Food, une filiale de Continental Nutrition, en redressement judiciaire. Une décision qui risque de compromettre la reprise de l'ensemble du groupe par la société d'investissement Alandia.

Le verdict est tombé pour Pet Food. La filiale de Continental Nutrition, basée à Villeneuve-sur-Lot, a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d'Agen.

Cette décision "ouvre le spectre des possibilités y compris la cession de Villeneuve Pet Food seule à des repreneurs", a déclaré à un correspondant de l'AFP le directeur de la filiale, Sébastien Plasteig.

En conséquence, le plan de reprise globale de Continentale Nutrition par la société d'investissement Alandia, annoncé le 4 mars dernier par Arnaud Montebourg, pourrait être remis en cause.

Deux entreprises pour reprendre Pet Food

Alandia compte en effet de reprendre les deux sites du groupe, c'est-à-dire non seulement celui de Villeneuve (154 personnes), mais aussi le site Continental Nutrition de Boulogne-sur-Mer (511 personnes).

Son projet prévoit un apport allant jusqu'à 15 millions d'euros de liquidités à la société, couplé à une restructuration qui pourrait supprimer entre 120 et 185 postes, selon les syndicats.

Le tribunal de commerce d'Agen ne s'est donc pas prononcé sur cette offre globale, choisissant plutôt de placer l'entreprise en redressement judiciaire, alors que deux sociétés restent aussi en lice pour la reprise du seul site de Villeneuve, l'Irlandais Cats and Dogs Foods, et l'Allemand Deuerer.

La décision du tribunal d'Agen a été accueillie par des applaudissements les employés de Pet Food étant persuadés que le projet d'Alandia ne préservera pas l'emploi localement.

A Boulogne, pendant ce temps, le secrétaire local de la CFDT Dominique Paquentin s'est dit "un peu stupéfait", confirmant que la décision pouvait "remettre en question l'offre du groupe Alandia".

J.M. avec AFP