BFM Business

Comment le smartphone ruine la déconnexion des salariés

La loi Travail inscrit le droit à la déconnexion.

La loi Travail inscrit le droit à la déconnexion. - Ivan Valerio

Selon une étude commandée par Google, 68% des personnes interrogées utilisent le même appareil pour leurs usages professionnels et personnels.

Le smartphone a permis d'améliorer la productivité de nombreux salariés, avec la possibilité de travailler à distance, en déplacement... Revers de la médaille, il s'est également transformé en chaîne invisible entre le salarié et son entreprise en dehors des heures de travail. Un phénomène amplifié par le recours généralisé au télétravail que Google a voulu mesurer.

Le géant américain a commandé une étude à Qualitrics qui montre d'abord que 68% des 3000 personnes interrogées utilisent le même appareil pour leurs usages professionnels et personnels. Pas vraiment l'idéal pour déconnecter.

62% utilisent toujours ou très souvent leur smartphone pour travailler lorsqu'ils ne sont pas au travail dont 40% après le travail et un tiers pendant le week-end. 20% l'utilisent même lors du coucher et 15% pendant la nuit...

FOMO

Mais en réalité, cela ne change pas le problème. Que le professionnel ait un ou deux smartphones (voire trois), il est victime de ce qu'on appelle le syndrome FOMO (pour Fear of missing out), soit la peur de manquer une information importante. Cela se traduit par la vérification régulière de ses emails/appels pros (60%), de ses notifications (40%) ou par le fait d'avancer un travail pour le lendemain (29%).

Un syndrome qui créé de l'anxiété et qui concerne 34% des personnes interrogées lorsqu'elles sont à leur domicile après le travail. Car selon Qualitrics, le salarié qui continue à vérifier ses mails pros chez lui se sent meilleur car plus disponible.

D'où la volonté de nombreux syndicats dans le monde et en particulier en France d'instaurer un droit à la déconnexion via des dispositifs de régulation des outils numériques afin de respecter les temps de repos et l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Dans les entreprises françaises, il doit faire l'objet depuis 2017 d'un accord ou d'une charte entre l'employeur et les salariés.

Concrètement, un salarié ne peut pas se voir reprocher par son employeur de ne pas avoir répondu à un mail ou à un appel en dehors de ses heures de travail. Ce droit à la déconnexion est inscrit dans l'article 55 de la loi Travail et concerne les entreprises de plus de 50 salariés.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business