BFM Business

Chômage: Hollande aura terminé son quinquennat sur un bon chiffre

Le chômage a donc baissé en avril

Le chômage a donc baissé en avril - Philippe Huguen - AFP

Au mois d'avril, le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a diminué de 1%. Mais la France compte néanmoins 550.000 chômeurs de plus qu'à l'arrivée de François Hollande à l'Élysée.

Ce sont les derniers permettant de dresser le bilan du quinquennat de François Hollande. Ce mercredi la Dares a publié le nombre de demandeurs d'emploi pour le mois d'avril 2017. Il en ressort une baisse de 1% pour la catégorie A (demandeurs d'emploi sans aucune activité), soit 36.300 demandeurs inscrits en moins, la plus forte baisse depuis septembre 2016.

Cette baisse a avant tout profité aux jeunes(-1,2% chez les moins de 25 ans) et les seniors (-1,1% chez les plus de 50 ans). 

Au final, sur l'ensemble du quinquennat de François Hollande, le nombre de demandeurs d'emploi dans cette catégorie est passé de 2,922 millions en mai 2012 à 3,471 millions en avril 2017. Soit pas moins de 549.200 de chômeurs en plus en cinq ans.

Des thermomètres différents

Reste que ces chiffres ne mesurent pas le chômage à proprement parler. La mesure officielle, celle donnée par l'Insee, s'avère un peu plus flatteuse pour le désormais ex-chef de l'État.

Ainsi au deuxième trimestre 2012, au moment de l'élection de François Hollande, le taux de chômage sur l'ensemble de la France s'élevait à 9,7% pour 2,838 millions de chômeurs. Or selon les derniers chiffres de l'Insee, au premier trimestre 2017 le taux de chômage n'atteignait plus que 9,6% sur l'ensemble de la France, pour un total de 2,835 millions de chômeurs.

Cette différence est due au fait que Pôle Emploi et l'Insee n'ont pas le même thermomètre. Le baromètre de l'Insee s'appuie sur une enquête trimestrielle auprès d'environ 110.000 personnes. Il considère comme chômeur une personne de 15 ans et plus qui n'a pas travaillé au cours de la semaine de référence, est disponible pour travailler dans les deux semaines qui suivent et recherche activement du travail.

Un mauvais chiffre qui chasse l'autre

Celui de Pôle emploi recense les demandeurs d'emploi enregistrés sur ses listes, au sein de plusieurs catégories A (sans activité), B et C (demandeurs d'emplois exerçant une petite activité) notamment. Une personne inscrite à Pôle emploi peut donc ne pas être recensée comme chômeur par les critères de l'Insee, et vice versa.

Comme l'expliquait économiste du Travail Éric Heyer sur BFM Business l'an passé, la statistique de Pôle Emploi, bien plus commentée est en "quelque sorte le mauvais chiffre qui chasse le bon (celui de l'Insee, ndlr).

Par ailleurs, ces chiffres constituent probablement la dernière publication mensuelle de Pôle Emploi. Le ministère du Travail a en effet publié un communiqué dans lequel il indique que "la périodicité mensuelle de cette donnée entraîne une volatilité structurelle de l'information qui brouille plus qu'elle n'éclaire les tendances de fond sur le niveau de chômage".

Le ministère indique ainsi que la ministre "saisira dès les prochains jours les autorités et organismes compétents aux moyens de mieux éclairer le débat public à l'avenir".

Julien Marion