BFM Business

Amazon France demande à ses salariés de rester chez eux jusqu'au 25 avril

Une salariée dans un entrepôt d'Amazon

Une salariée dans un entrepôt d'Amazon - Philippe Huguen AFP

La Cour d'appel de Versailles tranchera le 24 avril sur la levée de la limitation des produits livrés par Amazon, qui l'a mené à suspendre ses activités en France. En attendant, l'entreprise a fait savoir que les salariés percevront leur plein salaire.

La cour d'appel de Versailles, saisie par Amazon France qui conteste l'ordonnance du tribunal de Nanterre l'enjoignant d'évaluer les risques liés au Covid-19 et de limiter dans l'intervalle ses livraisons aux seuls produits essentiels, rendra sa décision vendredi 24 avril à 14h.

Suite à l'audience, Amazon a annoncé que "nous maintenons temporairement la suspension de l'activité de nos centres de distribution français. Nous réévaluerons notre position une fois que l'arrêt de la cour d'appel aura été rendu". Elle précise qu'il sera demandé aux salariés de "rester chez eux jusqu'au samedi 25 avril inclus" et qu'ils "percevront leur plein salaire".

"Nous restons perplexes face à la décision qui a été rendue par le tribunal judiciaire de Nanterre le 14 avril et avons fait appel de cette décision devant la cour d'appel de Versailles. En effet, au regard de la complexité inhérente à nos activités logistiques et de l’amende d’un million d’euros par infraction imposée par le tribunal, le risque de contrevenir à la décision en expédiant des produits jugés non essentiels était trop élevé et c'est pourquoi nous avons dû suspendre temporairement les activités de nos centres de distribution français.", explique Amazon dans un communiqué.

Un million d'euros par infraction constatée

L'enseigne est en train de finaliser l'évaluation des risques sur l'ensemble des centres de distribution. " Dans tous les cas, toute décision de prolongation de la suspension temporaire d’activité de ses centres de distribution en France ferait l'objet d'une consultation préalable des représentants du personnel", fait savoir le e-commercant. Des précisions seront communiquées dès que possible.“

Le tribunal judiciaire de Nanterre avait enjoint le 14 avril à Amazon France de limiter ses activités aux produits d'hygiène, produits médicaux et d'alimentation dans l'attente d'une évaluation des risques conduite avec les représentants du personnel, sous peine d'une amende d'un million d'euros par infraction constatée.

Amazon France, jugeant impossible de définir précisément les produits autorisés à la livraison, a préféré fermer ses sites français (10.000 salariés) dans un premier temps jusqu'à jeudi et a fait appel devant la cour d'appel de Versailles, qui a examiné l'affaire ce mardi.

CC avec AFP