BFM Business

À quoi rêvent les jeunes au travail

BFM Business

Non, les jeunes ne manquent pas d’ambition ! Au contraire, une grande majorité aspire à une carrière professionnelle réussie et stable au sein de la même entreprise, selon le baromètre dévoilé cette semaine par Prism’emploi.

Et si l’image du jeune de moins de 25 ans, dans sa bulle et coupé du monde, était éloignée de la réalité? L’étude dévoilée par Prism’emploi-OpinionWay sur les jeunes et l’emploi dresse un tout autre portrait de la génération X, celui d’une génération impliquée et très attachée à la valeur du travail. Voici les 5 choses à savoir, loin des idées reçues.

>Les jeunes ont envie de réussir

Même s’il passe après la famille, le travail s’impose comme la deuxième chose la plus importante pour près de la moitié des jeunes interrogés. Se construire une belle carrière professionnelle est même une priorité pour 86% d'entre eux. Motivés et investis, les 18-24 ans voient également dans le travail un moyen de s'épanouir et de s'accomplir dans une société où le statut est toujours très important. 

>Ils veulent une bonne ambiance

Ce qui fait le bonheur des jeunes au boulot, c'est d'abord la bonne ambiance avec ses collègues (65% des réponses). Ceux qui sont en poste actuellement trouvent même que c'est plus important que la rémunération ou le contenu du poste (13%). Les étudiants qui n'ont pas encore intégré le monde du travail ont une vision différente, plus pragmatique: 76% des garçons font passer la fiche de paie avant l'environnement de travail. A titre de comparaison, les adultes s'attardent avant tout sur l’intérêt du poste. Comme quoi les priorités évoluent avec l'âge.

> Ils n'ont pas forcément la bougeotte

Tous les jeunes ne sont pas des "zappeurs", dans leur job, ils plébiscitent en premier lieu la stabilité. 55 % aimerait exercer le même métier toute leur vie et 51 % se voient rester dans la même entreprise. Prism emploi estime qu'il existe plusieurs visages de la jeunesse : "l'une est diplômée et optimiste et l'autre traverse une vision de plus grande précarité". 

> Ils ne disent pas "non" à l’intérim

Même si le CDI reste le sésame à décrocher, les jeunes sont prêts à 70% à accepter des contrats plus précaires afin de faire leurs armes . L'intérim est perçu comme un bon moyen d'acquérir de l'expérience pour 64 % d'entre eux.

> Ils ont peur de demain

Majoritairement pessimistes sur la situation du marché de l'emploi en France, les jeunes actifs croient davantage en leur avenir personnel. Un actif sur deux se dit optimiste sur la situation du métier dans lequel il évolue. Ce sentiment monte à 62 % chez les étudiants. La perception des demandeurs d'emploi est logiquement plus négative: ils ne sont que 26 % à croire en des jours meilleurs dans leur secteur d'activité.

Méthodologie : L’étude a été réalisée sur un échantillon représentatif de 1 025 jeunes français âgés de moins de 25 ans interrogés en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview) du 5 au 13 février 2015. 

Ch.L.