BFM Business

3 Français sur 4 favorables au plan de départs volontaires pour les fonctionnaires

Les fonctionnaires rejettent la suppression de l'emploi à vie .

Les fonctionnaires rejettent la suppression de l'emploi à vie . - Philippe Lopez- AFP

Selon un sondage OpinionWay et Comdata Group pour Les Echos et Radio Classique, les fonctionnaires eux-mêmes approuvent à 72% ce projet du gouvernement. Et parmi les Français, 57% sont favorables à la suppression de l'emploi à vie dans la fonction publique.

Les idées du gouvernement pour réformer la fonction publique emporte l'adhésion des Français, selon un sondage OpinionWay et Comdata Group pour Les Echos et Radio Classique (1).

Interrogés sur les mesures envisagées par le gouvernement, dont les premières pistes ont été dévoilées le 1er février, trois Français sur quatre se disent favorables à la mise en place d'un plan de départs volontaires dans la fonction publique. Les deux-tiers des personnes interrogées sont aussi favorables à la mise en place d'une rémunération au mérite et 57% à la suppression de l'emploi à vie pour les fonctionnaires.

Les plus enthousiastes sur ces projets de réforme sont ceux ayant voté pour François Fillon au premier tour de la présidentielle.

Les fonctionnaires attachés au statut d'emploi à vie

Les fonctionnaires interrogés sont, selon cette enquête, eux-mêmes favorables à 72% à un plan de départs volontaires et à 59% à une rémunération au mérite. En revanche, ils rejettent la suppression de l'emploi à vie. Seulement 21% d'entre eux y sont favorables.

D'une manière générale, si les Français sont 43% à trouver qu'il y a "trop de fonctionnaires en France", ils sont minoritaires (48%) à penser qu'il faut réduire leur nombre. Mais ils sont plus nombreux (57%) à se dire d'accord avec une remise en cause du statut de fonctionnaire (41% y sont opposés).

Parmi ceux favorables à une réduction du nombre de fonctionnaires, une écrasante majorité (83%) visent en premier lieu les collectivités territoriales (villes, départements, régions), avant la culture (49%). L'éducation nationale vient en troisième position (19%). Seuls 2% citent la police.

(1) Sondage réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 7 au 9 février auprès d'un échantillon de 1.047 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.

C.C. avec AFP