BFM Business

Onces, livres: le Royaume-Uni veut rétablir les ventes en unités impériales

Boris Johnson, le 15 septembre 2021 à Londres

Boris Johnson, le 15 septembre 2021 à Londres - DANIEL LEAL-OLIVAS © 2019 AFP

Dans le cadre d'une révision des règles héritées de l'Union européenne, le gouvernement britannique souhaite abandonner le système métrique dans les magasins et supermarchés au profit des unités impériales.

Exit les grammes et les kilos, place aux onces et aux livres. Le Brexit désormais acté, le gouvernement britannique a fait part cette semaine de son intention de réviser des milliers de réglementations européennes, rapporte la BBC. A commencer par l’abandon du système métrique pour revenir aux unités impériales.

Selon une loi de l’Union européenne, les commerçants sont obligés de mesurer et d'afficher sur leurs étals le poids de leurs produits en grammes et kilogrammes. L’utilisation des onces (1 once = 28 grammes) ou des livres (1 livre = 454 grammes) demeurait autorisée pour les Britanniques, mais à la seule condition que les mesures métriques soient tout aussi visibles pour le consommateur.

Une réglementation longtemps jugée inacceptable par certains commerçants d’outre-Manche. En 2001, l’un d’entre eux avait été condamné pour avoir vendu des bananes en utilisant uniquement les mesures impériales. Peu de temps après était créée l’association des "Martyrs du système métrique".

L'opposition fustige un gouvernement "déconnecté"

Le rétablissement du système impérial au détriment du système métrique avait déjà été évoqué par le Premier ministre Boris Johnson dans une interview accordée au Daily Mail en 2019: "Nous ramènerons cette ancienne liberté. Je ne vois aucune raison pour laquelle des personnes devraient être poursuivies (pour avoir utilisé le seul système impérial)", avait-il dit.

L'annonce du gouvernement britannique cette semaine a néanmoins suscité la consternation de l’opposition travailliste qui l’a accusé d’être "déconnecté" des priorités des électeurs alors que le Royaume-Uni est confronté depuis plusieurs semaines à des pénuries, tant de marchandises que de main-d’œuvre, ainsi qu’à un rebond de l’inflation à un niveau inédit depuis neuf ans.

"A quel point êtes-vous déconnectés pour vous soucier davantage des mesures métriques dans les magasins que de savoir si les travailleurs peuvent se permettre de consommer (...) et mettre de la nourriture sur la table?", s’est indignée Angela Rayner, cheffe adjointe du parti travailliste.

Une autre élue de l’opposition, Jess Phillips, a abondé en assurant que le sujet des mesures était à mille lieues des préoccupations principales des Britanniques: "Personne n’a jamais soulevé cette question avec moi en tant que députée. Jamais!" a-t-elle lâché. De son côté, le député du parti indépendantiste écossais SNP, Stephan Flynn, a appelé le gouvernement à se pencher en priorité sur l’approvisionnement de "la nourriture dans les rayons".

"Capitaliser sur les libertés offertes par le Brexit"

Vendredi, Downing Street s’est défendu des attaques de l’opposition, affirmant que "les livres et les onces sont des unités de mesure facile à comprendre et déjà largement utilisées". Un porte-parole du Premier ministre a de surcroît rappelé que l’abandon du système métrique n’était "qu’une petite partie d’une vaste campagne gouvernementale visant à établir le bon environnement réglementaire pour soutenir l’emploi et la croissance au Royaume-Uni".

Le ministre du Brexit, David Frost, a lui-même déclaré que l’évolution vers le système impérial ferait partie de changements plus larges visant à "capitaliser sur les libertés offertes par le Brexit".

"Des réglementations autoritaires ont souvent été conçues et approuvées à Bruxelles avec peu de considération pour l’intérêt national britannique. Nous avons maintenant la possibilité de faire les choses différemment et de veiller à ce que les libertés du Brexit soient utilisées pour aider les entreprises et les citoyens à réussir", a-t-il ajouté.

La vaste campagne britannique de révision des règles européennes prévoit en effet des modifications de lois dans des domaines aussi divers que les essais cliniques, l’intelligence artificielle ou le traitement des données. Elle devrait permettre de nouveau l’impression du sceau de la couronne sur les pintes de bière, en lieu et place du marquage européen "UE".

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco