BFM Business

La 6ème banque lettonne va être liquidée par la banque centrale européenne

La BCE a déclaré que PNB Banka, la sixième banque lettone avec 550 millions d'euros d'actifs, avait été déclarée en état de "faillite ou de faillite probable".

La BCE a déclaré que PNB Banka, la sixième banque lettone avec 550 millions d'euros d'actifs, avait été déclarée en état de "faillite ou de faillite probable". - PBN Banka

Le Premier ministre letton a salué ce vendredi la décision de la Banque centrale européenne (BCE) de liquider PNB Banka, au bord de la faillite. Le gouvernement de ce pays balte interviendra pour aider les clients à récupérer leur argent jusqu'à 100.000 euros.

La BCE a déclaré PNB Banka, la sixième banque lettone avec 550 millions d'euros d'actifs, en état de "faillite ou de faillite probable". PNB Banka, qui était supervisée directement depuis mai 2019 par la BCE, affiche "une importante détérioration de ses fonds propres, au point que les actifs de la banque sont inférieurs à son passif", a indiqué la banque centrale européenne.

La BCE en a informé le Mécanisme de résolution unique (MRU), qui a estimé qu'une "action de résolution par le MRU ne se justifi(ait) pas", selon un communiqué distinct. La banque lettone sera donc "liquidée en vertu de la législation nationale", a précisé le MRU, l'un des piliers de l'Union bancaire européenne chargé depuis 2016 d'organiser la faillite ordonnée des banques en difficulté de la zone euro en faisant porter le fardeau financier sur le secteur bancaire.

Les clients aidés à récupérer jusqu'à 100.000 euros

Touché par des scandales de blanchiment d'argent à grande échelle, le secteur bancaire letton subit depuis quelques années d'importantes réformes. PNB Banka a été elle-même condamnée à une amende par le régulateur financier letton en 2017 pour blanchiment d'argent après qu'une enquête commune avec le FBI a révélé qu'elle avait été utilisée pour contourner les sanctions internationales contre la Corée du Nord.

Réagissant à la liquidation de cette banque, le ministre letton des Finances a déclaré à la télévision publique LTV que "le fonds de garantie des dépôts géré par le gouvernement interviendra pour aider les clients à récupérer leur argent jusqu'à 100.000 euros". La banque PNB qui jusqu'à l'an dernier a porté le nom de Norvik banka, avait été rachetée en 2013 par un homme d'affaires russe, basé à Londres, Grigory Guselnikov.

Début 2018, le financier a accusé, à mots couverts, le gouverneur de la Banque centrale lettone Ilmars Rimsevics d'avoir tenté à plusieurs reprises d'obtenir de lui, via un intermédiaire, des pots-de-vins. Cette accusation avait provoqué la démission du gouverneur et aggravé la crise dans un secteur bancaire éclaboussé par des scandales de blanchiment d'argent à grande échelle.

En 2018, il y eut aussi un précédent similaire, la Banque centrale européenne (BCE) ayant déclaré en février de l'an dernier "en état de faillite ou faillite probable" la troisième banque commerciale en Lettonie, ABLV Bank.

Enfin, plusieurs banques autres européennes sont déjà passées sous les fourches caudines de de la BCE, dont Banco Popular, la sixième banque espagnole, rachetée in extremis en 2017 par sa concurrente Santander. Mais deux banques italiennes, Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca, ont été sauvées par l'État italien moyennant des milliards d'euros puisés dans la poche du contribuable.

Frédéric Bergé avec AFP