BFM Business

L'hymne européen boudé par les europhobes

Le Britannique Nigel Farage tourne le dos à l'hymne européen, mardi, pour la première session du nouveau Parlement européen.

Le Britannique Nigel Farage tourne le dos à l'hymne européen, mardi, pour la première session du nouveau Parlement européen. - -

La première session du nouveau Parlement européen s'est ouverte mardi sous tension à Strasbourg. Des députés europhobes ont manifesté leur hostilité au projet européen alors que résonnait "l'Ode à la joie".

Les europhobes ont tenu à donner le ton dès l'ouverture de la nouvelle session parlementaire. Tradition oblige, l'hymne européen était joué mardi matin à Strasbourg devant le nouveau Parlement européen, qui se réunissait pour la première fois depuis les élections du mois de mai.

Tous les députés se sont levés... tous, à l'exception des europhobes. Le frontiste Florian Philippot et certains de ses collègues sont restés assis, tandis que le Britannique Nigel Farage et ses collègues sont allés juqu'à tourner le dos aux musiciens.

Deux styles opposés

Florian Philippot n'a pas manqué d'expliquer son geste sur Twitter: "Nous sommes évidemment restés assis pendant qu'était joué au parlement européen "l'hymne européen" #illégitimité", a-t-il écrit.

Nous sommes évidemment restés assis pendant qu'était joué au parlement européen "l'hymne européen" #illégitimité
— Florian Philippot (@f_philippot) 1 Juillet 2014

Les élus du Britannique Nigel Farage, qui a réussi à constituer un groupe contrairement à ses adversaires français du Front national, ont eux aussi marqué symboliquement leur rejet. Ce qui a exaspéré entre autres l'UMP Philippe Juvin, qui a qualifié les europhobes de "débiles, 100 ans après le suicide collectif", en référence au centenaire de la Première Guerre mondiale.

Les élus de @Nigel_Farage tournent le dos à l'hymne européen au #PE Débiles 100 ans après le suicide collectif @ump pic.twitter.com/B4AHj3sBAM
— Philippe Juvin (@philippejuvin) 1 Juillet 2014

Les députés ont ensuite voté pour élire leur président. Sans surprise, le social-démocrate allemand Martin Schulz a été réélu, après avoir occupé ce poste de 2012 jusqu'au printemps 2014.

Dans deux semaines, les eurodéputés se prononceront sur la nomination du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne.

Karine Lambin