BFM Business

Bruxelles veut une unité conjointe de cybersécurité pour faire face à l'explosion des attaques

Il s'agit de réunir les ressources et l'expertise dont disposent l'UE et ses États membres afin de prévenir et de dissuader les incidents et crises de cybersécurité massifs et d'y réagir.

Ce n'est pas un scoop, le nombre de cyberattaques contre les entreprises, les industries, les hôpitaux et même les villes explose de manière exponentielle. Dernier épisode en date, ce mercredi, on apprend que la ville de Liège en Belgique a été victime d'une attaque par rançongiciel qui paralyse la plupart de ses services.

Le niveau tel que les Etats sont parfois débordés même si la plupart d'entre eux disposent d'agences dédiées comme l'Anssi en France. Pour être plus efficace face à ce fléau qui a vocation à encore progresser, l'Europe propose une sorte de task-force.

"À mesure qu'augmentent le nombre, l'ampleur et les conséquences des cyberattaques, qui pèsent lourdement sur notre sécurité, il devient de plus en plus nécessaire d'adopter des réactions de pointe et coordonnées dans le domaine de la cybersécurité. Tous les acteurs concernés dans l'UE doivent être prêts à réagir collectivement et à échanger des informations utiles en se fondant sur le 'besoin de partager' plutôt que sur le seul 'besoin d'en connaître'", explique la Commission européenne.

Actions désordonnées

D'autant plus que "les communautés de cybersécurité, qui englobent les communautés civile, répressive, diplomatique et militaire du domaine de la cybersécurité, ainsi que les partenaires du secteur privé agissent trop souvent de manière séparée".

Il s'agit donc de créer une nouvelle unité conjointe de cybersécurité qui "vise à réunir les ressources et l'expertise dont disposent l'UE et ses États membres afin de prévenir et de dissuader les incidents et crises de cybersécurité massifs et d'y réagir, le tout avec efficacité".

Concrètement, cette unité s'articulera autour d'une plateforme virtuelle et physique de coopération: "les institutions, organes et organismes compétents de l'UE ainsi que les États membres constitueront progressivement une plateforme européenne de solidarité et d'assistance pour lutter contre les cyberattaques majeures" pour assurer une réaction coordonnée de l'UE.

Pierre angulaire

"La cybersécurité constitue une pierre angulaire d'une Europe numérique et connectée. Dans la société actuelle, il est primordial de réagir aux menaces de manière coordonnée. L'unité conjointe de cybersécurité contribuera à la réalisation de cet objectif. Ensemble, nous pouvons faire une réelle différence", explique Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l'ère du numérique.

"Nous avons défini des étapes et un calendrier précis qui nous permettront, de concert avec les États membres, d'améliorer concrètement la coopération, dans l'UE, en matière de gestion des crises, de détecter les menaces et d'y réagir plus rapidement. L'unité conjointe de cybersécurité est le bras opérationnel du cyberbouclier européen", ajoute Thierry Breton, commissaire au marché intérieur.
Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business