BFM Business

Brexit: que va-t-il advenir du programme Erasmus au Royaume-Uni?

BFM Business

Début janvier, les députés britanniques se sont prononcés contre un amendement obligeant le gouvernement à négocier avec l’UE le maintien du Royaume-Uni dans Erasmus+. Mais rien ne dit pour autant que les Britanniques ne participeront plus à ce programme d'échange une fois le Brexit définitivement acté.

Troisième destination préférée des étudiants en échange, le Royaume-Uni va-t-il tenir son rang dans les années à venir? À trois jours du Brexit, l'incertitude demeure quant au sort qui sera réservé au programme Erasmus+ outre-Manche. Dans le cadre de leur départ de l’Union européenne, les Britanniques pourraient effectivement décider de se retirer de ce dispositif. 

Mais une chose est sûre, le programme Erasmus+ n’est pas menacé à court terme chez nos voisins. Car si le Brexit aura bien lieu vendredi, une période de transition prévoit que les étudiants britanniques et européens continuent de bénéficier des mêmes droits jusqu’au 31 décembre 2020. Le Royaume-Uni restera donc éligible au programme, au moins jusqu’à la fin de l’année. Durant ce laps de temps, Bruxelles et Londres devront fixer les termes de leur relation future, et donc de l’avenir d’Erasmus+ outre-Manche.

La "New Clause 10" rejetée

Reste qu’un vote organisé à la Chambre des Communes le 8 janvier dernier a fait naître de nombreuses inquiétudes sur les intentions de la majorité conservatrice. Alors que les discussions sur le Brexit avaient repris depuis peu, les députés britanniques ont été invités à se prononcer sur la "New Clause 10", un amendement déposé par l’opposition qui prévoyait d’obliger le gouvernement à négocier avec l’UE son maintien dans le programme Erasmus+ avant la fin de la période de transition. Or, le texte a été rejeté à 344 voix contre 254.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Certains élus ont reproché aux députés de la majorité d’acter la fin du programme Erasmus+ au Royaume-Uni. "Les premières tristes réalités du Brexit: les jeunes britanniques vont être exclus du programme Erasmus+ et de la richesse de la mobilité européenne", a notamment twitté la députée européenne MoDem Laurence Farreng.

"Le gouvernement conservateur a voté contre la poursuite de la participation au programme Erasmus qui a permis aux jeunes de passer du temps dans d’autres pays de l’UE. Une énorme opportunité perdue pour les générations futures. Une tragédie pour nos jeunes", a également commenté Molly Scott Cato, députée européenne et membre du Green Party au Royaume-Uni.

En réalité, le résultat de ce vote n’enterre pas définitivement Erasmus+. Il signale simplement que cette question n’est pas jugée comme prioritaire dans les négociations cruciales qui débuteront avec l’UE en mars. D’autant que la clause -si elle avait été adoptée- obligeait un membre du gouvernement à venir rendre compte dans les six mois de l’avancée des discussions devant les deux chambres du Parlement. Or, face à la montagne de sujets à aborder avec l’UE, les parlementaires conservateurs ont estimé que cet amendement était trop contraignant pour le bon déroulé des négociations.

"Nous restons ouvert à une participation" 

Certes, le rejet de la "New Clause 10" n’envoie pas un signal très positif pour l’avenir d’Erasmus+ au Royaume-Uni. Pour autant, le gouvernement britannique a tenu à se montrer rassurant. "Le vote d’hier soir […] ne met pas fin ni n’empêche la participation du Royaume-Uni à Erasmus+. Nous restons ouvert à une participation (à Erasmus) et cela fera partie des futures négociations avec l’Union Européenne", a indiqué Chris Skidmore, ministre britannique de l’Enseignement supérieur.

De son côté, James Duddridge, sous-secrétaire d’État chargé de la sortie de l’Union européenne a fait savoir que le gouvernement britannique restait "ouvert au maintien et au développement de la coopération dans le domaine de l’éducation". "Les décisions concernant notre participation au programme feront l’objet de négociations plus larges, mais nous examinerons toutes les opportunités disponibles", a-t-il ajouté.

Rien n’est donc décidé alors que les discussions sur la relation future entre Bruxelles et Londres n’ont pas encore commencé. À l’instar de la Norvège, de l’Islande ou encore de la Turquie, le Royaume-Uni pourra en tout cas toujours participer au programme Erasmus+, même en dehors de l’UE.

troisième destination des étudiants européens

En 2017, le Royaume-Uni a accueilli 31.727 étudiants européens et figurait sur la troisième marche du podium derrière l’Allemagne (34.497) et l’Espagne (48.595). Le pays est également la deuxième destination pour les étudiants français qui sont environ 4500 à s’y rendre chaque année. Des chiffres qui pourraient dégringoler si les Britanniques décidaient de se retirer du programme Eramus+. À titre d’exemple, le coût d’une année à Oxford pourrait passer de 10.000 euros à 24.000 euros par an, selon Le Figaro.

Paul Louis