BFM Business

Brexit: Eurotunnel va installer des bornes automatisées de contrôle aux frontières

Deux batteries de neuf bornes Parafe conçues par le groupe français IN Groupe et son partenaire suédois Gunnebo vont être mises en fonctionnement à partir du mois d'avril.

Deux batteries de neuf bornes Parafe conçues par le groupe français IN Groupe et son partenaire suédois Gunnebo vont être mises en fonctionnement à partir du mois d'avril. - Eric Piermont - AFP

Pour faciliter le passage de la frontière à l'ère post-Brexit, Eurotunnel va installer des bornes automatisées à reconnaissance faciale des deux côtés de la Manche.

Eurotunnel se prépare à l'ère post-Brexit. "Avec le Brexit qui va accroître la charge de travail des services de l'Etat (douanes et police aux frontières), la mise en service des sas Parafe financés par Eurotunnel permettra de fluidifier et sécuriser le passage aux frontières des passagers", a expliqué à l'AFP un porte-parole de Getlink, la société exploitant Eurotunnel.

Deux batteries de neuf bornes Parafe conçues par le groupe français IN Groupe et son partenaire suédois Gunnebo vont être mises en fonctionnement à partir du mois d'avril, ont indiqué Getlink et IN groupe. Les deux batteries de sas seront disposées de chaque côté de la Manche, et "mises à disposition des services" des deux Etats, selon la même source.

Libérer les policiers des contrôles les plus simples

Dans un premier temps, les bornes automatiques - qui ne fonctionnent que pour les détenteurs d'un passeport biométrique - seront disponibles pour les passagers des 51.000 bus transitant chaque année par les navettes empruntant le tunnel. L'utilisation des bornes devrait ensuite être étendue aux personnes passant avec leur voiture via le service haut de gamme Flexiplus, puis être généralisée à l'ensemble des passagers.

Le Brexit ne change pas complètement la donne en matière de contrôle des personnes entre la France et le Royaume-Uni, puisque ce dernier n'a jamais fait partie de l'espace Schengen qui avait permis de supprimer les contrôles aux frontières pour les personnes au sein de l'Union européenne. Mais il pourrait ajouter des complexités supplémentaires, d'où l'intérêt d'avoir des machines pour libérer les policiers des contrôles les plus simples, explique-t-on en substance chez Getlink.

IN Groupe et Gunnebo ont déjà installé leurs bornes de contrôle automatique aux frontières à reconnaissance faciale dans les aéroports de Nice et de Lyon. Les aéroports de Paris sont également équipés de bornes automatiques à reconnaissance faciale, conçues par Gemalto.

Un système similaire a été installé pour les passagers des trains transmanche Eurostar.

Le tunnel sous la Manche a vu transiter l'an dernier entre la France et le Royaume-Uni environ 2,7 millions de véhicules individuels, 1,7 million de camions et 51.000 autocars, et aussi près de 11 millions de passagers d'Eurostar. 

Coralie Cathelinais avec AFP