BFM Business

Union européenne : Bruxelles souligne les « vulnérabilités » économiques de la France

Le projet de budget de la zone euro divise les partisans de la rigueur budgétaire et les tenants d’une plus grande solidarité.

Le projet de budget de la zone euro divise les partisans de la rigueur budgétaire et les tenants d’une plus grande solidarité. - Emmanuel DUNAND / AFP

Dans un rapport sur l'évolution économique et sociale des pays de l'UE, la Commission européenne a mis en garde Paris sur sa dette et sa « faible compétitivité. »

Malgré des signaux qui s’améliorent, la France reste encore dans le viseur de la Commission européenne. Dans un rapport sur l'évolution économique et sociale des pays de l'UE, l’institution a pointé du doigt les « déséquilibres » économiques de l’hexagone. « Les vulnérabilités découlent du niveau élevé de la dette publique et d'une dynamique de faible compétitivité dans un contexte de croissance peu élevée de la productivité », souligne le texte.

La dette publique (98,5% du PIB) « ne devrait reculer que de façon marginale », ce qui « rétrécit la marge budgétaire disponible pour réagir aux futurs chocs et pèse sur les perspectives de croissance », indique le rapport.

Un déficit en hausse

Du côté des réformes, Bruxelles reconnait des « progrès » notamment sur le marché du travail et la fiscalité mais souligne que des « actions supplémentaires » sont indispensables, en particulier sur l’allocation-chômage ou encore le régime des retraites.

La Commission en profite pour revoir à la baisse les perspectives de croissance de la France : +1,3% en 2019 contre 1,6% espérés lors des dernières prévisions. De plus, le déficit public devrait dépasser, cette année, la fameuse barre des 3% du PIB (3,2% prévu), en raison de la crise des gilets jaunes. Le commissaire européen Pierre Moscovici a d’ores et déjà prévenu qu’aucune sanction ne serait prise tant que ce dépassement resterait transitoire.

La rédaction avec AFP