BFM Business

Travailleurs détachés : Macron seul contre tous lors du débat présidentiel

En refusant de prendre position contre la directive européenne des travailleurs détachés, le candidat d'En Marche! s'est attiré les foudres de plusieurs de ses interlocuteurs.

La très controversée directive européenne sur les travailleurs détachés a donné lieu, ce mardi soir, à un premier échange animé entre les candidats à la présidentielle, réunis pour le grand débat présidentiel sur BFMTV et RMC.

Cette mesure, qui permet à un employé d’une entreprise dont le siège social est hors de France d’être exonéré de certaines cotisations sociales, est régulièrement dénoncée comme étant une forme de concurrence déloyale.

Affirmant sa volonté de la supprimer, Marine Le Pen s’est d’abord vue rappeler par Jean-Luc Mélenchon que le FN s’était abstenu lors du vote au Parlement européen. Au passage, le candidat de La France Insoumise a, lui aussi, fait savoir qu’il supprimerait cette directive.

"300.000 Français sont travailleurs détachés"

Invité à réagir, Emmanuel Macron a ensuite concentré l’ensemble des attaques de ses adversaires. L’ancien ministre de l’Économie souhaite en effet conserver cette directive, notamment car "300.000 Français sont travailleurs détachés". Il a mis en avant la loi votée sous son égide, instaurant une carte professionnelle dans le secteur du bâtiment. "Ca ne marche pas!" s’est exclamé Nicolas Dupont-Aignan, approuvé par une bonne partie des candidats.

"Je veux réformer la directive par une harmonisation sociale", a fini par lâcher Emmanuel Macron. Sans visiblement convaincre ses interlocuteurs.

Suivez en DIRECT le débat entre les 11 candidats de l’élection présidentielle 2017.

Y.D.