BFM Business

Traité transatlantique: Varoufakis veut aider Wikileaks à lever le secret

Yanis Varoufakis a toujours marqué son désaccord avec le projet de traité de libre-échange Etats-Unis - Europe.

Yanis Varoufakis a toujours marqué son désaccord avec le projet de traité de libre-échange Etats-Unis - Europe. - Louisa Gouliamakis - AFP

L’ancien ministre grec a apporté sa contribution financière afin de récompenser le personne qui fera fuiter le contenu du document controversé.

S’il n’est plus aux responsabilités depuis sa démission fracassante du gouvernement Tsipras, Yanis Varoufakis continue de défendre ses convictions avec une certaine ténacité. L’ancien ministre des Finances grec a ainsi apporté sa contribution financière à l’initiative développée par l’association Wikileaks.

Celle-ci promet en effet 100.000 dollars à celui ou celle qui fera fuiter le texte du traité transatlantique (ou Tafta, ou TTIP), négocié depuis des années dans le plus grand secret par les délégations européennes et américaines. Et si de maigres efforts ont été récemment faits par la Commission européenne, le compte rendu des discussions, et surtout les documents servant de bases à ces dernières, ne sont toujours pas accessibles aux médias, aux dirigeants nationaux, et évidemment au public. 

Un secret qui "menace le futur de la démocratie européenne"

De quoi faire bondir Yanis Varoufakis, farouche opposant à ce projet qui devrait donner un pouvoir jugé excessif aux multinationales et autres intérêts privés, notamment via l’instauration de tribunaux d’arbitrage privé.

Dans un communiqué, Julien Assange, fondateur de Wikileaks, affirme ainsi que "le secret du TTIP menace le futur de la démocratie européenne.(...)Le TTIP influe sur les vies de tous les Européens et entraîne l’Europe dans un conflit de long terme avec l’Asie".

Pour l’instant, la cagnotte récoltée par Wikileaks s’élève à 12.000 euros. De quoi donner des idées aux (rares) personnes ayant accès aux documents tant convoités.

Y.D.