BFM Business

Stéphane Le Foll: "nous faisons une relance par l'emploi"

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, déplore que les Français ne voient pas ce qui est positif.

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, déplore que les Français ne voient pas ce qui est positif. - -

Invité de BFMTV et RMC ce 10 octobre, le ministre de l'Agriculture qui est un très proche de François Hollande, a déploré que les Français ne perçoivent pas les premiers résultats positifs de la politique gouvernementale.

Ancien collaborateur direct de François Hollande au PS, l'actuel ministre de l'Agriculture était l'invité de BFMTV et RMC ce jeudi 10 octobre. L'occasion pour Stéphane Le Foll de défendre la politique suivie par l'exécutif. " Les résultats commencent à arriver". Mais il regrette que "les Français ne voient pas ce qui est positif" dans la politique suivie.

La faute selon lui aux "débats périphériques" qui polluent l'action gouvernentale, comme le dossier des roms. "Il faut qu'on soit simple, concentré sur l'essentiel, la baisse du chômage, la reprise de la croissance".

Assumer la hausse des prélèvements

Stéphane Le Foll a aussi déclaré "assumer" la hausse des prélèvements ainsi que les mesures contenues dans la réforme des retraites actuellement discutée à l'Assemblée.

Concernant les retraites, il a reconnu que le report très contesté de la revalorisation des retraites de janvier à octobre allait coûter 800 millions d'euros aux retraités. Mais cette mesure permettra avec d'autres d'équilibrer les régimes de retraites.

Offre productive

IL est également revenu sur la question du pouvoir d'achat. "Il augmente pour certaines catégories de Français", affirme-t-il. C'est le cas selon lui des jeunes qui ont pu obtenir un emploi d'avenir crée par le gouvernement. " On a donné à des jeunes les moyens d'avoir un revenu. Cela, c'est de la redistribution de pouvoir d'achat". Ajoutant: "nous faisons ainsi une relance par l'emploi".

Mais il faut également "produire", a t-il poursuivi, car "derrière il y a de l'emploi". D'où sa défense du Crédit d'impôt compétitivité et emploi. "Notre double objectif, c'est donc le pouvoir d'achat et l'offre productive".

P.C