BFM Eco

Une grève surprise à la SNCF perturbe le trafic dans plusieurs régions

La SNCF lance un dispositif anti-file d'attente -

La SNCF lance un dispositif anti-file d'attente - - Miguel Medina - AFP

Suite à un accident survenu le 16 octobre dans les Ardennes, la CGT a appelé à un mouvement social inopiné ce vendredi 18 octobre dans plusieurs régions.

Les usagers de la SNCF n'auront peut être pas leur train ce matin. Un mouvement social surprise vient en effet d'être déclenché à la compagnie ferroviaire. Le trafic risque d'être perturbé dans plusieurs régions suite à ce mouvement social inopiné, indique la compagnie à Franceinfo

Le trafic des RER en Ile-de-France, ainsi que des TER en régions -notamment en Normandie et en Occitanie- est fortement perturbé sur plusieurs lignes. Le TGV est aussi touché sur les lignes Atlantique et sud est. A la gare Saint-Charles à Marseille aucun train n'était à quai, à l'exception d'un TGV en partance pour Paris, a constaté l'AFP. Les voyageurs scrutaient les panneaux d'affichage qui présentaient de longues listes de trains supprimés.

À Paris, selon le site de la SNCF, les RER A, B, D, ainsi que les lignes Transilien H, J, K, L et R sont touchés. Seulement un train sur deux circule du sud de la ligne B jusqu'à la Gare du Nord. Les autres auront leur terminus en gare de Châtelet-les-Halles. Pour se rendre vers le nord de la ligne et rejoindre ainsi l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, il faudra effectuer un changement avec le RER D et rejoindre ainsi la gare du Nord pour reprendre le RER B. 

Un changement est obligatoire en Gare du Nord pour se rendre au nord de la ligne qui relie notamment entre eux les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly.

Ce droit de retrait initié par la CGT fait suite à un accident survenu le 16 octobre dernier à Saint-Pierre-sur-Vence dans les Ardennes. Une collision à un passage à niveau entre un TER et un camion a fait 11 blessés.

"Les cheminots sont en réaction à une situation catastrophique de la sécurité. Après de multiples accidents, celui-ci est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Nous ne voulons pas mourir au travail ! Nous ne voulons pas avoir la mort des usagers sur la conscience !", indique sur Twitter Laurent Brun, le secrétaire général de la Fédération CGT des Cheminots.

Frédéric Bianchi