BFM Business

Six semaines de confinement entraînerait une chute du PIB annuel de 4,5%

L'activité dans le secteur privé a été tirée par le dynamisme des services.

L'activité dans le secteur privé a été tirée par le dynamisme des services. - -

La Banque de France a dévoilé, mardi, une première estimation de la chute catastrophique du PIB français au premier trimestre : -6% en seulement trois mois.

C'est du jamais vu depuis la seconde Guerre Mondiale. Le PIB français a chuté de près de 6% au premier trimestre de l'année 2020 en raison de la violente crise du coronavirus. "L'économie français a tourné, à peu près, aux deux tiers de la normale" commente, sur l'antenne de BFM Business, Olivier Garnier, chef économiste à la Banque de France.

En réalité, cette situation exceptionnelle donne le vertige des chiffres. En un trimestre, le PIB français aurait ainsi perdu 5 années de croissance. "C'est faux" tempère l'économiste. "C'est un flux, pas un stock". Selon lui, "la vraie question, c'est de savoir : quand vous allez vous remettre à travailler, est-ce que vous allez retrouver le même niveau de production, le même niveau de rémunération (…) et quand est-ce que vous allez le retrouver ?"

Quelle croissance peut-on alors espérer en 2020? On ne peut faire "que des hypothèses", rappelle Olivier Garnier. Des hypothèses "sur la durée de la période de confinement, sur le rythme et la manière à laquelle on sortira du confinement" et enfin sur la possibilité "d'un rattrapage de la production" qui a été perdue. "On estime que l'impact sur le PIB annuel d'une quinzaine de confinement, c'est à peu près 1,5 point de PIB annuel", indique l'économiste de la Banque de France. "Si vous avez six semaines de confinement, ça veut dire un perte de 4,5%." Tout dépendra donc de la durée du confinement.

Thomas Leroy