BFM Business

Sécurisation de l'emploi : un accord "très mauvais" pour la CGT

La CGT, par la voix de son nouveau secrétaire général Thierry Lepaon, dénonce l'accord sur l'emploi

La CGT, par la voix de son nouveau secrétaire général Thierry Lepaon, dénonce l'accord sur l'emploi - -

Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, s’exprimait dans le Journal du Dimanche ce 10 février. Il y a une nouvelle fois appelé à se mobiliser contre l’accord social du 11 janvier.

La CGT change de chef, mais pas de ton. Thierry Lepaon succédera à Bernard Thibault en mars à la tête de la centrale. Dans un interview au JDD ce dimanche, il conteste clairement le texte issu des négociations entre partenaires sociaux sur l’emploi le 11 janvier : un accord social "très mauvais".

Selon lui, "les employeurs ont sécurisé les licenciements" tandis que les "salariés n’ont aucun garantie sauf celle de voir leur salaire baisser". Rien n’a été fait pour faire en sorte que le "CDI redevienne la norme", s’indigne-t-il.

Le nouveau chef de la centrale appelle les députés à ne pas le "transcrire dans la loi", mais au contraire à lancer de nouvelles négociations "contre la précarité et pour une vraie politique industrielle".

Hollande s'inscrit dans la suite de Sarkozy

Alors que les plans sociaux se multiplient, que les études montrent une contraction sans précédent du nombre d’emplois industriels en France, Thierry Lepaon s’inquiète de la politique menée par le gouvernement.

Il considère même qu’en considérant que "le travail est un coût qu’il faut baisser", "Hollande s’inscrit dans la suite de Sarkozy". Il dénonce ainsi les 20 milliards d’euros de crédit d’impôt accordé aux entreprises tandis que les smics ne sont pas revalorisés.

Dans son désaccord avec l’accord, la CGT n’est pas seule. Force ouvrière a également refusé de signer le texte. Et le Medef, qui l’a pourtant signé, refuse la traduction qui en est faite avant son passage à l’Assemblée. Mais cette fois, c’est parce que Laurence Parisot la trouve trop contraignante pour les patrons.

BFMbusiness.com