BFM Business

Sarkozy annonce un accord pour les chômeurs en fin de droits

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi un accord de principe pour une aide exceptionnelle aux chômeurs en fin de droits dont il a estimé le nombre à 360.000. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi un accord de principe pour une aide exceptionnelle aux chômeurs en fin de droits dont il a estimé le nombre à 360.000. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier - -

GONESSE, Val-d'Oise - Nicolas Sarkozy annonce un accord de principe pour une aide exceptionnelle aux chômeurs en fin de droits dont il a estimé le...

par Yann Le Guernigou

GONESSE, Val-d'Oise (Reuters) - Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi un projet d'aide exceptionnelle en forme de "filet de sécurité" pour les 360.000 chômeurs en fin de droits et s'est à nouveau déclaré optimiste sur la reprise de l'économie.

En visite dans une agence de Pôle emploi dans le Val-d'Oise, le chef de l'Etat a indiqué que le gouvernement était prêt à contribuer à ce projet si les partenaires sociaux, réunis dans l'après-midi autour du secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, concluaient avec succès la négociation sur le sujet.

"Nous ne laisserons personne au bord de la route, c'est mon devoir, nous ne laisserons personne sans rien", a dit le président de la République dans une intervention devant le personnel de l'agence.

Il s'est félicité que le nombre d'offres d'emploi ait augmenté de 40% depuis le début de l'année dans cette agence proche du pôle aéroportuaire de Roissy-en-France.

"Je suis sûr que l'économie est en train de repartir", a-t-il dit.

Après la cinglante défaite de l'UMP aux élections régionales, le mois dernier, Nicolas Sarkozy a décidé de faire de l'emploi une de ses priorités et de se concentrer en même temps sur la sécurité, l'agriculture et la médecine, des thèmes porteurs dans l'électorat de droite.

LUTTE CONTRE L'INSÉCURITE

Sa première sortie en province après le scrutin de mars était consacré à la crise de l'agriculture, dans une exploitation céréalière de l'Essonne.

Il se rendra vendredi dans un cabinet médical de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) pour y traiter des problèmes de la médecine de proximité et a prévu de retourner la semaine prochaine dans ce même département pour y parler sécurité à l'occasion de l'installation d'un nouveau préfet, Christian Lambert.

La nomination de ce dernier, proche de Nicolas Sarkozy et ancien patron du RAID, une unité d'élite de la police, dans un département comptant de nombreuses cités sensibles, illustre sa volonté de jouer le premier rôle dans la lutte contre l'insécurité.

A Gonesse, il a évoqué le sort des chômeurs en fin de droits pour indiquer que l'Etat était prêt à cofinancer sur plusieurs mois, avec l'assurance chômage, une aide d'un montant qui pourrait être proche de celui de l'allocation spécifique de solidarité (ASS).

Il a souligné que les bénéficiaires ne pourraient pas refuser en échange un contrat aidé ou une formation qui leur seraient proposés.

Le dispositif représenterait un budget d'environ 220 millions d'euros.

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, s'est félicité de ce projet. "C'est la première fois, si on l'obtient - et j'ai bon espoir de l'obtenir - (...) (qu'il y a) un engagement de l'Etat pour les chômeurs" en fin de droits, a-t-il déclaré sur France Info.

Édité par Gilles Trequesser