BFM Business
Economie et Social

Réforme des retraites: les très hauts revenus sont-ils gagnants ou perdants?

Le gouvernement a décidé de sortir les plus hauts revenus du futur système de retraite. Près de 200.000 salariés qui gagnent plus de 120.000 euros sont concernés par ce changement de règles et ils risquent d'y perdre.

C'est un changement de règles qui va radicalement changer la donne. Les cadres, qui jusqu'ici pouvaient cotiser et donc gagner des droits à la retraite jusqu'à 320.000 euros de revenus, ne pourront plus le faire que dans la limite de 120.000 euros. Concrètement, ils continueront à cotiser comme tout le monde, à hauteur de 28% jusqu'à 120.000 euros. Au-delà, leur cotisation tombera à 2.81% mais elle ne leur permettra plus d'acquérir des points pour leur future retraite. Conséquence : leurs revenus nets vont augmenter, leurs pensions en revanche vont baisser. Reste à savoir dans quelle proportion.

2680 euros de pension en moins, 525 euros de revenu en plus

La société de conseil Optimaretraite a chiffré pour BFM Business l'impact avant et après la réforme pour un cadre dirigeant qui gagne 200.000 euros brut par an. Dans le régime actuel, sa pension mensuelle brute s'élevait à 9.450 euros. Dans le nouveau régime, elle tombera à 6.770 euros, soit 2.680 euros de moins. Ce même cadre économisera en revanche 6.300 euros de cotisations chaque année. Il percevra donc 525 euros de revenu net supplémentaire.

S'il réinvestit cet argent prudemment, à 2% sur 43 ans, il n'aura récupéré en bout de course qu'un tiers de son manque à gagner. Pour espérer compenser totalement ses pertes, une seule option : aller chercher 6,05% de rendement par an. Dominique Prévert, le dirigeant d'Optimaretraite résume : "On lui libère du pouvoir d'achat immédiat par je jeu de la baisse des cotisations mais on lui reprend des années plus tard sur sa future pension".

-
- © -

Quelles compensations ?

Ces hauts revenus seront donc globalement perdants, sauf à à réinvestir cet argent sur des placements plus risqués. Autrement dit, ce qui jusqu'ici n'était qu'incitatif va devenir contraignant. Sauf à ce que les entreprises, qui elles-mêmes vont économiser sur les cotisations patronales, mettent en place des dispositifs pour ces hauts revenus ou encore à ce que le gouvernement n'opte pour des mesures fiscales encore plus attractives pour ces hauts revenus.

La question est d'ailleurs déjà posée dans l'article 15 du projet de loi qui précise que par ordonnance, le gouvernement pourra "modifier les règles d’assujettissement à cotisations et contributions sociales ainsi qu’à l’impôt des versements des salariés et de leurs employeurs dans le cadre de dispositifs de retraite supplémentaire en compensation des moindres cotisations acquittées". Autant dire que le débat ne fait que commencer.