BFM Business

Prévisions de croissance du FMI: Hollande prudent

Le FMI prédisait avant une récession pour 2013.

Le FMI prédisait avant une récession pour 2013. - -

Le fonds monétaire international a annoncé, ce mardi 8 octobre, avoir revu à la hausse ses estimations pour la croissance française, tablant sur un chiffre de 0,2% pour 2013. Pour François Hollande, la France n'est pas pour autant sortie d'affaire.

Le FMI se rallie à l'optimisme ambiant sur la croissance française. Ce mardi 8 octobre, l'institution a révisé à la hausse ses prévisions pour la France, à l'occasion de la publication de son document "les perspectives de la croissance mondiales". Pour 2013, il table sur une croissance de 0,2% , soit le même chiffre que l'Insee et un petit 0,1% de plus que le gouvernement.

Pour 2014, le Fonds est là aussi plus optimiste que l'exécutif, prévoyant 1% de croissance soit encore une fois 0,1% de plus que l'hypothèse retenue par le gouvernement (+0,9%).Auparavant, le FMI anticipait une récession pour 2014 (-0,1%) et une croissance plus modérée pour l'an prochain (+0,9%).

Concernant le chômage, le FMI table sur un taux de chômage à 11% pour 2013 et en légère hausse pour 2014 (11,1%). Des chiffres proches de ceux de l'Insee.

Hollande prudent

Le Fonds rejoint ainsi bon nombre d'instituts de conjoncture qui ont dû réviser à la hausse leurs estimations pour la France, montrant un peu plus que François Hollande avait raison d'estimer que "la reprise est là" dès le 14 juillet dernier.

Invité à commenter ces chiffres, lors d'un déplacement à Saint-Etienne ce même jour, le chef de l'Etat a d'ailleurs estimé que ces chiffres montrent que "le temps de la reprise est là", réitérant ainsi ses propos.

"Mieux vaut avoir des prévisions plus optimistes que ce qui nous était annoncé il y a quelques mois, mais en même temps ce n'est pas parce qu'on va faire 0,2% au lieu de - 0,1 que nous serons tirés d'affaire", a-t-il déclaré.

"Les entreprises doivent se convaincre que nous sommes dans un mouvement qui va être maintenant long et que nous pouvons prendre des décisions qui jusque-là étaient retenues: des décisions d'investissement, d'embauche, d'exportation", a ajouté le président qui précise que "tout va se jouer dans les prochaines semaines".

La France parmi les meilleures de la zone euro

De façon générale, la consommation et la demande intérieure tendent à se redresser et les récents indicateurs sur le climat des affaires laissent augurer de bonnes perspectives. Au point que Pierre Moscovici ne s'interdit plus de réviser à la hausse ses prévisions de croissance pour l'année prochaine.

En comparaison avec les autres membres de la zone euro, la France serait clairement dans le haut du panier, en 2013. Selon le FMI, l'union monétaire va connaître une récession de 0,4% (contre 0,5% dans ses précédentes estimations) en 2013.

L'Italie et l'Espagne sortiraient de récession

Pour 2014, l'Hexagone ferait "seulement" aussi bien que l'ensemble de la zone euro avec 1%. L'Allemagne serait encore la locomotive de la zone (+1,4% en 2014 après 0,5% en 2013). L'Italie et l'Espagne sortiraient, elles, de la récession.

"Les pays du noyau dur montrent des signes de reprise. Ce n'est pas le résultat d'un changement politique majeur mais d'un changement de climat, qui pourrait être source de satisfaction si les particuliers et les entreprises décidaient de dépenser plus. Pendant ce temps, les pays du sud continuent de souffrir", résume Olivier Blanchard, chef économiste du FMI.

Julien Marion avec AFP