BFM Business

Présidence du Medef: Bernasconi lâche Parisot

Patrick Bernasconi, ici au moment des négociations sur l'emploi le 11 janvier 2013.

Patrick Bernasconi, ici au moment des négociations sur l'emploi le 11 janvier 2013. - -

Une défection de plus pour la présidente du Medef qui voudrait pouvoir se présenter à sa propre succession: Patrick Bernasconi, considéré comme l’un de ses proches, s'est désolidarisé d’elle ce 22 mars.

Dans la bataille pour la présidence du Medef, Laurence Parisot perd un de ses fidèles, Patrick Bernasconi. Il a annoncé, ce vendredi 22 mars, dans une interview au Monde qu'il votera contre la réforme des statuts la semaine prochaine lors du conseil exécutif de jeudi.

Bernasconi aujourd’hui, Beigbeder hier : une nouvelle défection pour la patronne des patrons. Celle du négociateur de l'accord sur l'emploi est un coup dur : Patrick Bernasconi est considéré comme l’un de ses plus proches lieutenants. Celui que l'on présentait comme le "dauphin désigné" de Laurence Parisot s'insurge contre la controversée réforme des statuts, initiée par la patronne des patrons et validée, lundi 11 mars, par le comité des statuts. "Une reforme qui permet de rester 15 ou 20 ans à la tête du Medef, ce n'est pas acceptable", souligne-t-il.

Bernasconi pourrait se présenter

Le patron de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) n'exclut d'ailleurs plus rien. Y compris de se présenter lui-même à la tête du patronat.

C’est un revers de plus pour la présidente du Medef qui doit déjà gérer l'opposition des incontournables fédérations de la métallurgie (UIMM), du bâtiment ou des télécoms. Les Medef territoriaux des régions Provence-Alpes-Côte-d’azur, Rhône-Alpes et Île-de-France sont également contre cette réforme.

Le vote au conseil exécutif s'annonce donc serré jeudi. Et quand bien même Laurence Parisot y obtiendrait la majorité, il faudra qu'elle rassemble ensuite les deux tiers des voix de l'assemblée générale du Medef. Un vrai parcours du combattant.

Le titre de l'encadré ici

|||

Les élections :

Selon les statuts du Medef, la campagne pour la présidence commence deux mois avant l’élection du nouveau président par l’Assemblée générale, prévue pour le 1er juillet 2013, soit le 1er mai. 

L’Assemblée générale :

591 membres, dont 560 votants. Elle se réunit au moins une fois par an. Elle élit le président de l’organisation et les membres du Comité statutaire. Elle est compétente pour dire s'il est ou non possible de modifier les statuts. 

Le comité statutaire :

Ses sept membres, élus par l’Assemblée générale, décident du calendrier de l’élection. C’est à lui qu’il reviendra de modifier les statuts si l’AG donne son feu vert. C’est également lui qui valide les candidatures à la présidence.

Delphine Liou