BFM Business

Portugal: nouvelle dose de rigueur pour 2014

Les finances portugaises resteront gérées avec rigueur en 2014

Les finances portugaises resteront gérées avec rigueur en 2014 - -

Le Parlement portugais a adopté, ce mardi 26 novembre, un budget d'austérité très impopulaire pour 2014, censé permettre au pays sous perfusion financière de s'affranchir de la tutelle de ses créanciers.

Les rues de Lisbonne ont beau gronder de colère ce mardi 26 novembre, les députés portugais ont néanmoins voté un budget 2014 de rigueur.

Sans cette nouvelle cure d'austérité, assure le Premier ministre Pedro Passos Coelho, "le pays ne pourra pas envisager une sortie de son programme d'assistance financière à la date prévue", en juin 2014.

La coalition de centre-droit au pouvoir s'attendait à cette victoire, puisqu'elle dispose d'une majorité confortable au Parlement. Mais ce n'est qu'une bataille de gagnée, alors qu'il en reste une de taille à mener: celle devant la Cour constitutionnelle, saisie samedi par le président portugais Anibal Cavaco Silva.

Les retraités et les fonctionnaires durement touchés

Elle doit, d'ici à la mi-décembre, donner son avis sur une des mesures phares de ce budget: les coupes de près de 10% dans les retraites des fonctionnaires.

Les fonctionnaires et retraités sont d'ailleurs les catégories les plus touchées par la douloureuse cure d'austérité que le gouvernement a administrée au pays. L'effort demandé est immense: 3,9 milliards d'euros, soit 2,3% du PIB.

Ces sacrifices doivent permettre au pays de ramener son déficit public à 4% du PIB en 2014, contre 5,5% en 2013. Les représentants de l'Union européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne, créanciers de Lisbonne, avaient refusé début octobre d'alléger cet objectif.

Le Portugal a bénéficié d'un plan d'aide de 78 milliards d'euros de l'Europe, signé en 2011. Lisbonne a confirmé au troisième trimestre sa sortie de récession, en enregistrant une timide croissance de 0,2%.

N.G. avec AFP