BFM Business

Plutôt qu'un revenu universel, Valls prône un "revenu décent"

Manuel Valls était l'invité de RMC.

Manuel Valls était l'invité de RMC. - RMC

Le candidat à la primaire du parti socialiste propose la création d'un "minimum décent" qui atteindrait 800 à 850 euros. Il s'agirait "d'une "allocation attribuée à tous les adultes de plus de 18 ans".

Manuel Valls a son idée pour établir davantage de justice sociale en France. "Après réflexion (...), je crois que l'idée d'un minimum décent est plus clair que la simplicité d'un revenu universel". Pour le candidat à la primaire organisée par le parti socialiste donne "le sentiment que tout le monde va avoir un revenu, de Madame Bettencourt à celui qui est au chômage, sans travailler", reproche-t-il sur RMC.

Il propose donc un "revenu minimum décent, qui inciterait au travail". Il précise que "ce minimum décent peut aller jusqu'à 800-850 euros (...) pour une personne seule en fonction des ressources, avec toujours le lien sur l'insertion, sur la formation".

Manuel Valls a précisé avoir "beaucoup parlé" de ce sujet avec l'ancien secrétaire général de la CFDT François Chérèque. Et pour l'ancien Premer ministre, cette mesure consisterait en une "allocation attribuée à tous les adultes de plus de 18 ans (...), résidant sur le territoire national depuis au moins quatre ans et, bien sûr, sous seules conditions de ressources, parce que le lien avec le travail est indispensable".

Fusion des minimas sociaux

Manuel Valls ne précise pas s'il entend imposer une contre-partie aux allocataires par exemple l'obligation d'effectuer des travaux pour la collectivité. Sa proposition définitive sera présentée au mois de janvier. Seule certitude, ce revenu minimum sera le fruit de la fusion d'aides sociales existantes. "10 minimas sociaux qui existent, c'est une jungle" insiste Manuel Valls. Quant au problème du coût, il n'est pas éludé. Manuel Valls l'évalue à 30 milliards d'euros, admettant qu'il fallait encore "trouver les financements".

D. L.