BFM Business

Plusieurs millions de masques réutilisables destinés aux entreprises sont produits chaque semaine, assure Agnès Pannier-Runacher

Sur BFM Business, la Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, explique ces masques en tissu lavables pourront notamment être utilisés par les entreprises pour redémarrer leur activité.

La question de la disponibilité des masques de protection est toujours aussi prégnante. Pour le grand public bien sûr mais aussi pour les entreprises. Sans masques, impossible pour elles de reprendre ne serait-ce qu'un début d'activité.

Sur BFM Business, Agnès Pannier-Runacher, la Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, annonce que "plusieurs millions" de masques réutilisables sont désormais fabriqués chaque semaine.

"Les entreprises pour les plus grandes d'entre elles ont des masques puisqu'elles ont organisé des importations avec notre appui (...) certaines filières sont très bien organisées, d'autres doivent encore prendre leurs marques, c'est normal. En parallèle, nous avons lancé une fabrication de masques sur la base des préconisations que nous ont donné la Santé (...) de niveaux de filtration que devaient atteindre les masques".

Une distribution à travers les buralistes, les boulangeries pour les petites entreprises

Et de poursuivre: "ce sont des masques tissu, réutilisables, lavables, selon un processus qui est également défini par la Santé pour tuer le virus le cas échéant (...) et nous sommes aujourd'hui à un niveau de fabrication de masques de plusieurs millions par semaine avec de grandes entreprises qui se sont mobilisées (...) mais également des projets d'économie sociale et solidaire".

"La liste des entreprises qui produisent ces masques est disponible sur le site de la direction générale des entreprises donc c'est le moment de se fournir", souligne la ministre. 

"L'étape suivante c'est d'arriver de faire en sorte que ces masques arrivent jusqu'aux plus petites entreprises parce que assez logiquement, elles peuvent moins commander de volumes, elles n'ont pas l'habitude de négocier avec des directions achats et c'est dans cette démarche là que nous devons les accompagner aujourd'hui. Nous sommes en lien avec les buralistes par exemple, nous avons mis en lien aussi la fédération des boulangers avec les grands fabricants de masques pour organiser cette redescente des masques sur le territoire".

Olivier Chicheportiche