BFM Business

Plan Juncker: 38 milliards d'euros de projets français

Le futur métro express du Grand Paris est l'un des projets d'investissement figurant sur la liste transmise par la France à Bruxelles.

Le futur métro express du Grand Paris est l'un des projets d'investissement figurant sur la liste transmise par la France à Bruxelles. - Grand Paris

Pour bénéficier d'une partie des 315 milliards d'euros que Bruxelles souhaite voir investis en Europe entre 2015 et 2017, la France a présenté une liste de 32 projets pour 48 milliards d'euros.

315 milliards d'euros. C'est le montant que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, souhaite voir investi en Europe. Avant de présenter les mécanismes de ce plan d'investissement fin novembre, il a demandé à chaque Etat membre de lui fournir une liste de projets qui pourraient bénéficier de cette manne, mélange de fonds privés et publics.

La France, elle, a en a présenté 32, qui pourraient représenter 48 milliards d'euros d'investissement d'ici à 2017, selon Les Echos ce 9 décembre. Moitié moins que l'Allemagne qui réclame 89 milliards d'euros pour 58 projets.

Cette liste n'est pas définitive, ont précisé les services de l'Etat au quotidien économique. Elle était destinée à illustrer les domaines que l'Hexagone veut développer à court terme, sur les trois ans à venir. D'ailleurs les projets présentés doivent pouvoir être lancés dès 2015.

L'accent sur le numérique et l'innovation

Mais tous ceux qui y figurent ne bénéficieront pas forcément des fonds du plan Juncker, et certains qui n'y figurent pas pourront y prétendre, ont expliqué les sources citées par les Echos.

Il en ressort que la France a mis l'accent sur l'innovation et le numérique. Les projets s'y rapportant concentreraient ainsi 40% des 48 milliards réclamés par le pays. Dans les autres pays de l'Union, c'est 20% en moyenne. Le gouvernement veut par exemple que les PME qui investissent dans la robotique puissent bénéficier de ce soutien financier.

La France souhaiterait en outre bénéficier de ces fonds pour des programmes transversaux comme la rénovation thermique des logements. 

1 million de nouveaux emplois

L'exécutif a aussi présenté des orientations plus traditionnelles, de création ou d'amélioration d'infrastructures existantes. La liste comportait ainsi des projets dans le ferroviaire: la liaison Gare de l'Est-Charles de Gaulle express, le métro du Grand Paris, la prolongation de la ligne E du RER vers la Défense, ou encore la rénovation du réseau reliant l'Europe du Nord à l'Espagne. 

Sur le maritime, il est proposé une extension du port de Calais, et une nouvelle desserte de fret pour le port du Havre. Un projet de gazoduc de Val de Saône figure encore sur cette liste ainsi qu'un vaste programme de rénovation urbaine pour 5 milliards d'euros d'ici à 2017. Il s'agit de rénover 200 quartiers populaires parmi les plus dégradés.

La Commission Juncker a élaboré ce plan, présenté le 26 novembre, car, selon elle, l’UE pâtit de faibles niveaux d’investissement, dont le montant total est inférieur de 15% à ceux opérés en 2007. Selon les estimations des services de son président, ce plan pourrait permettre d’augmenter le PIB de l’Union de 330 à 410 milliards d’euros, et de créer 1 à 1,3 million de nouveaux emplois au cours des prochaines années. 

N.G.