BFM Business

Plan d'investissement de 57 milliards d'euros: ce qui est prévu

Le Premier ministre Édouard Philippe a indiqué ce lundi comment seraient dépensés les 57 milliards d'euros du plan d'investissement du gouvernement.

Le Premier ministre Édouard Philippe a indiqué ce lundi comment seraient dépensés les 57 milliards d'euros du plan d'investissement du gouvernement. - BFMTV

Le plan d'investissement sur cinq ans du gouvernement s'élèvera à 57 milliards d'euros. Une somme qui sera répartie entre la formation, la transition énergétique ou encore l'innovation, a détaillé ce lundi le Premier ministre Édouard Philippe.

Des fonds pour la formation des chômeurs peu qualifiés, d'autres pour la prime à la reconversion des véhicules polluants, le tout sans creuser le déficit. C'est ce qu'a promis le Premier ministre Édouard Philippe ce lundi, en détaillant la répartition du plan d'investissement sur cinq ans du gouvernement. Un plan qui atteindra 57 milliards d'euros. 

> Des financements qui n'alourdiront pas le déficit

Ce ne seront donc ni les 50 milliards initialement prévus, ni les 56,3 milliards évoqués plus tôt ce lundi par le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, mais 57 milliards d'euros d'investissement. Parmi lesquels 12 milliards d'euros récupérés de crédits existants et 45 milliards d'euros de nouveaux financements, selon le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry. Sur ces 45 milliards d'euros, 24 milliards pèseront sur le budget de l'État, tandis que 11 milliards seront puisés de la CDC et de la BEI, ce qui n'aura "pas d'effet sur le déficit public".

Enfin, ce plan inclut le PIA 3, "dont les priorités étaient définies mais qui n'avait pas été doté en crédits, pour un total de 10 milliards d'euros", selon le rapport.

Ces financements proviendront de prêts, de fonds propres, de fonds de garantie, de réorientation d'investissements existants ou de nouvelles mesures budgétaires, et bénéficieront de "la mobilisation exceptionnelle de la Caisse des dépôts et consignations et de la Banque européenne d'investissement", a indiqué le Premier ministre lors de sa conférence de presse.

Les premières actions seront financées dès le budget 2018 (...) c'est-à-dire dès le 1er janvier", a indiqué Édouard Philippe. Selon l'entourage du Premier ministre, 7 à 8 milliards d'investissement sont prévus pour l'an prochain, dont environ "cinq milliards en crédits budgétaires" inscrits en loi de finances.

> Des investissements pour transformer la France

Le gouvernement a été missionné pour mener un "projet de transformation", a rappelé le Premier ministre. Cette mutation s'appuiera sur deux leviers: "Les réformes économiques et sociales" et "l'amplification des investissements massifs". Il faut "accélérer l'adaptation de la France au XXIe siècle" a-t-il martelé. "L'argent public doit préparer l'avenir autant qu'il gère les questions du présent", a-t-il ajouté.

> Des fonds pour la formation professionnelle

Le Premier ministre a indiqué que son gouvernement avait pour objectif de former deux millions de personnes peu qualifiées pour les accompagner vers l'emploi. Il entend consacrer 15 milliards d'euros sur cinq ans à ce sujet. Sur ce montant total, 13,9 milliards seront consacrés à la formation de deux millions de personnes (6,7 milliards pour les jeunes décrocheurs et 7,1 milliards pour les adultes).

Le ministère du Travail mettra en place "des indicateurs de suivi" pour "suivre les différents publics", a précisé Jean Pisani-Ferry. 700 millions d'euros seront consacrés à "promouvoir l'innovation dans l'éducation nationale" (0,3 milliard) et à "mettre fin au parcours d'échec dans l'université" (0,4 milliard).

> 20 milliards pour la transition énergétique

Dans le détail, 7 milliards serviront à "développer les énergies renouvelables" et 9 milliards d'euros devront permettre d'"amplifier l'effort de rénovation thermique des bâtiments", notamment en divisant par deux le nombre de "passoires thermiques". En matière de rénovation, "nous introduirons une nouvelle prime pour les ménages et une enveloppe de 3 milliards de prêts de la Caisse des dépôts et consignations dans les organismes de logement social sera garantie", a indiqué le Premier ministre. Dans ce cadre, le gouvernement veut aussi financer une prime à la reconversion des véhicules automobiles les plus polluants (essence avant 1997 ou diesel avant 2001), avec un objectif de 100.000 véhicules par an.

> L'innovation et le numérique 3e et 4e postes de dépenses

Le plan prévoit aussi d'octroyer 13 milliards d'euros à "l'innovation et la compétitivité", dont 5 milliards à l'agriculture pour "accélérer l'adaptation des outils et le changement des pratiques", "mieux intégrer la réponse aux défis climatique", ou encore "renforcer la compétitivité des différentes filières". 9 milliards d'euros seront consacrés à la transformation numérique de l'action publique, notamment "pour économiser dans le fonctionnement de la machine de l'État" souligne Jean Pisani-Ferry.

N.G avec AFP