BFM Business

Plainte de Bruxelles sur les droits de douane chinois sur l'acier

Après les panneaux solaires chinois, le vin français, l'acier européen est à son tour au centre de la guerre commerciale entre l'Europe et la Chine.

Après les panneaux solaires chinois, le vin français, l'acier européen est à son tour au centre de la guerre commerciale entre l'Europe et la Chine. - -

Bruxelles va porter plainte devant l’organisation mondiale du commerce pour contester les droits de douane chinois sur l’acier. Une marche de plus vers une réelle confrontation commerciale expliquent certains économistes même si tous ne sont pas unanimes.

Nouveau rebondissement dans les différents commerciaux qui minent en ce moment les rapports entre l’Europe et la Chine. Après les panneaux solaires chinois, le vin français, l'acier européen est à son tour au centre de la guerre commerciale entre l'Europe et la Chine. Bruxelles va porter plainte contre Pékin devant l'OMC, l'Organisation Mondiale du commerce. L'Europe conteste les droits de douane imposés par la Chine sur les tubes d'acier qu'elle importe du vieux continent (ces tubes servent à transporter des liquides). Des droits de douane trop lourds selon Bruxelles, ils vont de 9,7 % à 11,1% et "limitent de manière significative l'accès au marché chinois". 

Les tubes d’acier, un marché de plusieurs millions d’euros par an

Pour l'Europe, ces exportations de tubes d'acier vers Pékin représentent des dizaines de millions d'euros même si la Chine fabrique environ la moitié de la production mondiale de tubes. L'an dernier, la production de l'UE a atteint 13,8 millions de tonnes (selon les données de l'association allemande des producteurs de tubes d'acier). Ce nouveau rebondissement apparait donc pour certains spécialistes comme un premier pas vers une vraie confrontation commerciale, une guerre pour les plus radicaux.

« La Chine veut s’emparer de toute l’industrie manufacturière mondiale »

Antoine Brunet est économiste et président d'AB Marchés. Auteur de "La visée hégémonique de la Chine", il n’est pas rassuré, ni rassurant quant à l’avenir de nos relations avec l’Empire du Milieu. « Assurément, on va vers une guerre commerciale avec la Chine. Je dirai même qu’elle a commencé. Le Japon, les Etats-Unis et l’Union Européenne ont décidé de réagir à la situation inacceptable que leur impose la Chine. On se fait martyriser par la Chine. Son projet, c’est de s’emparer de toute l’industrie manufacturière mondiale au détriment de tous. C’est donc soit la confrontation avec la Chine soit la catastrophe économique ».

« Les parties se jaugent mutuellement »

François Godement est historien spécialiste de la Chine, auteur de "Que veut la Chine, de Mao au capitalisme" (éd. Odile Jacob) est plus nuancé dans ses propos. Selon lui, on est encore bien loin de ce que l’on appelle une guerre commerciale. « Je ne crois pas que l’on se dirige vers une guerre commerciale. Les deux partenaires auraient beaucoup à perdre. D’un côté nous consommons tous des produits chinois qu’on souhaite pas cher et puis l’Europe est le premier marché d’exportation pour la Chine. Je pense qu’il y a un test, une épreuve de force. Les parties se jaugent mutuellement et je crois qu’on est assez loin de ce que l’on appelle une guerre commerciale ».

Le titre de l'encadré ici

Des panneaux solaire à l'origine du différents commerciale|||

Le différend commercial entre les deux pays a été lancé le 4 juin, avec l'imposition de droits de douanes provisoires sur les panneaux solaires chinois. Décision à la laquelle la Chine a immédiatement riposté en menaçant de taxer les importations de vin européen.

Tugdual de Dieuleveult avec J.Droze