BFM Business

Pierre Moscovici voit "des signes encourageants" de reprise

Pierre Moscovici est confiant sur la croissance

Pierre Moscovici est confiant sur la croissance - -

Le ministre de l'Economie s'est félicité, ce mercredi 7 août, des signes de reprise. Et il mise sur l'Europe pour que cette reprise se poursuive.

Pierre Moscovici semble aussi optimiste que François Hollande. Le président de la République est revenu, mardi 6 août, sur les propos qu'il avait tenu lors de son intervention le jour de la Fête nationale: "on dit que j'avais été trop optimiste le 14 juillet en disant qu'il y avait un début de reprise, que nous étions sortis de la récession", a-t-il dit lors d'un déplacement à la Roche-sur-Yon, en Vendée. "Pour l'instant, mais je suis prudent, ce qu'on a, et au plan national, et au plan européen, c'est cette confirmation qu'il y a quelque chose qui se passe, c'est encore très fragile, très précaire, mais il y a quelque chose qui se passe dans l'économie", a-t-il ajouté.

Ce mercredi 7 août, le ministre de l'Economie, s'est lui aussi félicité des signes "encourageants" de reprise. Il cite notamment les indicateurs macro-économiques sur la France publiés depuis une semaine - indices PMI, commerce extérieur, prévisions de croissance de la Banque de France.

Coopération en Europe

Pour consolider cette évolution, Pierre Moscovici table sur l'Europe, qui "doit remettre la croissance au cœur de ses politiques", sur "le rétablissement de la confiance", "qui exige de déployer tous les instruments pour l'emploi (...), de consolider notre modèle social, et de redonner le goût d'entreprendre" et enfin sur "une stratégie ambitieuse pour l'investissement, l'innovation et la compétitivité".

Pour "transformer cette amélioration progressive en 2013 en reprise durable en 2014", le ministre a rappelé "l'importance de la coordination des politiques économiques au sein de l'Union économique et monétaire, ce qui passe par des politiques budgétaires, de compétitivité et de soutien à la demande intérieure qui tiennent compte des situations économiques et extérieures de chaque Etat membre".

Diane Lacaze & AFP