BFM Business

Patrick Le Galès (CNRS): le coup de poker de Johnson est "parfaitement légal"

Boris Johnson a décidé de suspendre le Parlement britannique jusqu'au 14 octobre prochain. Une suspension qui ne laisse désormais plus que quelques semaines aux députés pour discuter d'un Brexit avec ou sans accord. Une stratégie qui provoque un tollé mais qui est parfaitement légale.

Invité sur le plateau de Good Morning Business ce jeudi 29 août, le directeur de recherche au CNRS et spécialiste du Royaume-Uni Patrick Le Galès a tenu à remettre les points sur les "i". Le coup de poker de Boris Johnson est-il légal? "Oui. C'est parfaitement légal", tranche Patrick Le Galès. "Il faut se rappeler que c'est une période où le Parlement s'arrête en général deux semaines. Ce sont les grandes conférences des partis politiques. Tout cela a été habillé sur le thème du 'je suis le nouveau Premier ministre'. Il faut préparer une nouvelle session parlementaire. Simplement d'habitude cela dure deux fois moins longtemps. Il joue sur les mots pour étirer cela à cinq semaines. Ce qui limite les marges de manœuvre de ses opposants", analyse-t-il.

De fait, si la reine d'Angleterre n'a pas d'autres choix que de suivre l'avis de son Premier ministre, l'opposition parlementaire est en mesure de préparer un autre avis légal. L'opposition "va faire un appel à la Cours de justice. Elle peut ainsi très bien revenir et suivre un autre conseil si le Parlement le fait", pointe Patrick Le Galès.

Que veut Boris Johnson?

La question de savoir si le Premier ministre britannique aspire véritablement à obtenir un Brexit sans accord se pose d'autant plus. Pour le spécialiste du Royaume-Uni, "pas tout à fait. Rappelez-vous, il est dans une impasse". Et de poursuivre : "Il a une majorité de 1 au Parlement. Il a 40 conservateurs qui ont déjà voté contre son plan de 'no deal'… Il s'est engagé sur ce no deal et il a une double stratégie : il y a sortir avec le no deal ou bien arriver à forcer les Européens à abandonner le filet de sécurité irlandais. Ce à quoi personne ne croit".

J.C-H