BFM Business

Optimisation fiscale: le patron de Google favorable à une réforme fiscale mondiale

BFM Business

Le patron de Google est obligé une nouvelle fois de s'expliquer sur ses pratiques d'optimisation fiscale en Grande Bretagne, où, à l'instar d'Amazon ou Starbucks, il paie des impôts dérisoires. Le cofondateur du géant d'internet doit rencontrer le Premier ministre britannique, David Cameron, ce lundi 20 mai. Dans une tribune publiée dimanche 19 mai dans The Observer, Eric Schmidt assure que son groupe a "toujours aspiré à bien faire". Il reconnaît toutefois que "le droit fiscal international gagnerait très vraisemblablement à être réformé". Mais ces "changements seront difficiles car ils vont impliquer la renégociation de traités internationaux" et "ne peuvent simplement être le fait d'un Etat", note-t-il.

N.G.