BFM Business

Opérations Ports morts: les géants du transport de marchandises évitent la France

Les opérations Ports morts se poursuivent et inquiètent la chaîne logistique française. Les pertes se chiffrent en dizaines de millions d'euros.

Accès aux terminaux bloqués, grèves des dockers et des remorqueurs qui s'enchaînent... Les ports de Marseille et Fos-sur-Mer tournent au ralenti depuis la semaine dernière.

Pour les gérants des entreprises de transports, les conséquences sont graves: pour récupérer les marchandises, leurs chauffeurs doivent se rendre à Barcelone et à Gênes où se sont repliés les chargeurs depuis le début des grèves. Un de ces acteurs (MCP) évoque ainsi une perte de chiffre d'affaires de 35% en décembre.

Les entreprises qui exportent et importent les marchandises ne veulent plus travailler avec les ports français, comme l'explique Bénédicte Andonian, directrice commerciale de Technotrans, un fabricant de refroidisseurs industriels (voir la vidéo). 

Michel Mattar est secrétaire général de Transport et Logistique de France en Méditerranée. Avec le repli des chargeurs sur d'autres ports européens, il redoute un effondrement durable de l'activité du port de Marseille. "La CGT tue l'économie", assène-t-il.

Le mouvement Ports morts a fait perdre 56 millions d'euros de chiffre d'affaires en décembre en France, d''après le syndicat des transitaires. Des pertes qui devraient donc se creuser encore davantage ce mois ci. 

D'ailleurs, selon des transporteurs, l'opération Ports morts pourrait recommencer la semaine prochaine.

OC avec Alexis Pluyette