BFM Business

Olli Rehn réclame "une croissance salariale durable" en Allemagne

Olli Rehn appelle l'Allemagne "à ouvrir les goulets de la demande intérieure".

Olli Rehn appelle l'Allemagne "à ouvrir les goulets de la demande intérieure". - -

Le Commissaire européen aux affaires économiques et monétaires a, ce lundi 11 novembre sur son blog, appelé l'Allemagne à relancer sa demande intérieure pour favoriser la croissance européenne.

Olli Rehn appelle l'Allemagne à relancer sa demande intérieure. Ce lundi 11 novembre, le Commissaire européen aux affaires économiques et monétaires a publié sur son blog un post intitulé "transformer le surplus allemand en un accord gagnant-gagnant pour la zone euro".

Dans ce texte, il rappelle que l'Allemagne a enregistré chaque année un excédent commercial supérieur à 6%, depuis 2007. Un niveau considéré "important" par la Commission européenne, souligne-t-il.

Mardi 5 novembre, Bruxelles avait d'ailleurs jugé que les excédents allemands pèsent sur la reprise en zone euro. Depuis, l'exécutif européen songe à ouvrir une enquête sur ces surplus. Bruxelles doit prendre sa décision mercredi 13 novembre.

Ouvrir "les goulets d'étranglement de la demande intérieure"

Dans tous les cas, Olli Rehn considère que la Commission attend de l'Allemagne qu'elle "ouvre les goulets d'étranglement à la demande intérieure".

En particulier, Berlin doit "créer des conditions" notamment fiscales "à une croissance salariale durable", "stimuler la compétition dans les services" et "développer les investissements d'infrastructure", énumère le commissaire.

"Cela renforcerait la performance économique et la prospérité de l'Allemagne (...) et aurait aussi un impact positif significatif sur l'économie de l'eurozone", avec un rééquilibrage nord-sud.

Le chef du gouvernement italien met aussi la pression

Ce même lundi 11 novembre, le chef du gouvernement italien, Enrico Letta a, lui aussi, appelé l'Allemagne à agir en ce sens. "La stabilité intérieure de l'Allemagne n'a de sens que si elle contribue à la croissance et à la stabilité en Europe", a-t-il déclaré.

Le 30 octobre dernier, un rapport du Trésor américain avait fermement dénoncé l'expansion commerciale allemande et les excédents en résultant. Le texte accusait Berlin de plomber la reprise européenne et critiquait la "dépendance du pays envers les exportations".

J.M.