BFM Business

Les Etats-Unis veulent coûte que coûte arrêter le gazoduc entre la Russie et l'Allemagne

"Alors que ce type de transaction comporte certainement un aspect commercial, il comporte un énorme risque pour la sécurité", a déclaré Mike Pompeo, secrétaire d'Etat américain

"Alors que ce type de transaction comporte certainement un aspect commercial, il comporte un énorme risque pour la sécurité", a déclaré Mike Pompeo, secrétaire d'Etat américain - Bernd WUESTNECK / dpa / AFP

Lors de sa tournée en Europe centrale, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a affirmé la volonté des Etats-Unis de s'opposer à la construction du gazoduc Nord Stream 2 pour "protéger la sécurité énergétique de l'Europe".

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré mardi à Varsovie que les Etats-Unis allaient faire tout en leur pouvoir pour stopper le gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l'Allemagne. Mike Pompeo a ainsi souligné l'absence de volonté de compromis de la part de Washington sur ce sujet, alors que l'Allemagne a opéré mardi un rapprochement avec les Etats-Unis, promettant d'importer dès les prochaines années du gaz naturel liquéfié américain et de construire l'infrastructure correspondante.

Selon le secrétaire d'Etat, le gazoduc dont la construction a commencé l'année dernière "achemine de l'argent" vers la Russie tout en nuisant à l'Europe. "Alors que ce type de transaction comporte certainement un aspect commercial, il comporte un énorme risque pour la sécurité", a déclaré M. Pompeo lors d'une conférence de presse commune avec le ministre polonais des Affaires étrangères, Jacek Czaputowicz.

"Je pense que le président Trump a été très clair sur le fait que les États-Unis vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que la sécurité européenne soit au premier plan en ce qui concerne les décisions énergétiques", a-t-il déclaré à la question à savoir si les Etats-Unis envisageaient des sanctions. 

Un projet préjudiciable à la sécurité énergétique de L'Europe

Le nouveau gazoduc doit permettre de doubler les capacités du premier Nord Stream, qui transporte du gaz de la côte Baltique de la Russie jusqu'à l'Allemagne. Il est soutenu par la France, mais fortement critiqué par les Pays baltes et la Pologne.

"Nous partageons le point de vue selon lequel le projet Nord Stream 2 ne sert pas la sécurité énergétique de l'Europe, nous le considérons comme un projet raté, voire préjudiciable à la sécurité énergétique sur le continent", a déclaré Jacek Czaputowicz. Le secrétaire d'Etat américain effectue une tournée en Europe centrale et orientale pour y contrer l'influence croissante de la Russie, qui utilise l'énergie comme un élément de pression.

L'Ukraine est particulièrement préoccupée par le fait que Nord Stream 2 et la connexion prévue à Turkstream pourrait permettre à la Russie de l'éliminer comme pays de transit - l'exposant potentiellement à de nouvelles incursions militaires de Moscou. La visite de Pompeo a eu lieu alors que le secrétaire adjoint américain à l'Energie, Dan Brouillette, a participé en Allemagne à une conférence sur le gaz naturel liquéfié - un terrain d'entente entre les alliés pour réduire la dépendance à l'égard de la Russie.

avec AFP