BFM Business

La ville d'Oslo veut réduire ses émissions de CO2 de 95% d'ici 2030

Malgré les investissements et les progrès en termes de dépollution et d'électrification, les taux moyens d'émissions de CO2 automobile augmentent encore en 2018 en Europe.

Malgré les investissements et les progrès en termes de dépollution et d'électrification, les taux moyens d'émissions de CO2 automobile augmentent encore en 2018 en Europe. - THOMAS KIENZLE / AFP

La mairie donne ainsi onze ans aux automobilistes de l'agglomération pour s'équiper de voitures "propres", s'ils ne le sont pas déjà.

La municipalité d'Oslo ambitionne de réduire de 95% ses émissions de CO2 d'ici à 2030. Une promesse forte, dont le coût n'est pas chiffré, un mois jour pour jour avant les élections municipales. "C'est la stratégie climatique la plus ambitieuse de toutes les grandes villes au monde, se félicite le maire travailliste, Raymond Johansen. Avec les habitants et les acteurs économiques d'Oslo, nous allons oeuvrer dans les onze années à venir à supprimer les sources restantes d'émissions de gaz à effet de serre dans la ville".

Parmi les mesures envisagées, la mairie veut que toutes les voitures individuelles roulant sur ses routes en 2030 soient "propres", sans toutefois évoquer une interdiction totale des véhicules à énergie fossile.

Voitures propres

Plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, la Norvège est, en parts de marché, championne du monde de la voiture électrique. Le pays scandinave a pour ambition officielle que, dès 2025, toutes ses voitures neuves soient des modèles zéro émission. 

La municipalité veut aussi réduire d'un tiers le trafic des voitures en 2030 par rapport à 2015, et mettre l'accent sur les transports en commun, les pistes cyclables et les piétons.

La réussite du projet dépend en partie de la mise en place -projetée- d'un mécanisme de capture et stockage du carbone sur l'usine locale d'incinération des déchets de Klemetsrud.