BFM Business

Avoir des difficultés financières à la retraite inquiète plus les femmes que les hommes

-

- - Gérard Julien - AFP

Dans le monde comme en France, une majorité de personne craint, une fois à la retraite, de ne pouvoir payer ses dépenses élémentaires et ses soins médicaux. La perspective inquiète plus les femmes, souvent moins impliquées dans la planification financière du foyer.

Nombreux sont ceux qui pensent que la retraite, cette période de la vie où les années de dur labeur sont enfin derrière, laisse place à la liberté et aux loisirs. Cette façon de voir est largement partagée dans le monde à en croire la 15e édition de l'enquête de la banque HSBC, intitulée The Future of Retirement* ("L'avenir de la retraite", en français). Près des trois quarts des personnes interrogées, dans le monde comme en France, ont une perception positive de la retraite. La proportion est encore plus forte chez les femmes.

Cependant, l'optimisme s'estompe quand on aborde les questions financières. Plus d'une personne sur deux craint de ne pas avoir les moyens de payer ses propres soins médicaux une fois à la retraite. Les femmes sont les plus préoccupées (60% contre 50% pour les hommes), notamment en France (67% contre 56%).

Plus de la moitié des femmes dans le monde craint de rencontrer des difficultés pour subvenir à ses besoins quotidiens élémentaires -alimentation, chauffage, eau- une fois à la retraite. En France, cette proportion grimpe à 57% (49% des hommes), tout comme au Royaume-Uni.

La réforme des pensions de réversion enterrée

Les femmes sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes à penser rencontrer des difficultés financièrement dans le cas du décès de leur conjoint. L'écart est encore plus significatif en France, avec respectivement 51% et 36%.

Dans l'Hexagone, lorsque l'un des deux conjoints décède, l'autre perçoit ce qu'on appelle une pension de réversion. Alors que la réforme des retraites est actuellement en préparation, des membres du gouvernement avaient sous-entendu que ce système pouvait être revu, mais l'éventualité a été enterré par Emmanuel Macron et Édouard Philippe. Ce système concerne 4,4 millions de personnes, dont 89% de femmes.

Dans le foyer, les hommes sont souvent ceux qui contribuent le plus à l'épargne du couple pour la retraite. En effet, trois femmes sur dix dans le monde déclarent contribuer davantage que leur conjoint, contre cinq hommes sur dix. La France se situe très en-deçà de cette proportion (13% pour les femmes et 23% pour les hommes). Près de la moitié des femmes (46%) ne sait pas non plus combien elle épargne pour sa retraite, ou n’a pas encore commencé à le faire. Un contraste important avec les hommes, qui sont seulement 37%.

Les femmes moins impliquées dans la planification financière

D'une manière générale, les femmes sont souvent moins impliquées dans la planification financière du ménage, les hommes prenant toujours la plupart des décisions du foyer quand il est question d'argent. Seule la gestion du quotidien échappe à cette règle. En effet, les femmes (58%) gèrent plus souvent les achats hebdomadaires que les hommes (32% et même 15% en France).

*Cette étude reflète l’opinion de plus de 17 000 personnes dans 16 pays et territoires à travers le monde : Argentine, Australie, Canada, Chine, France, Hong Kong, Inde, Indonésie, Malaisie, Mexique, Singapour, Taïwan, Turquie, Émirats Arabes Unis, Royaume-Uni et États-Unis.

Les résultats sont issus d’une enquête menée sur Internet dans chaque pays auprès de personnes en âge de travailler âgées de 21 ans ou plus ou en retraite, à partir d’échantillons représentatifs à l’échelle nationale. Cette enquête a été conduite en novembre et décembre 2017.

J.-C.C.