BFM Business

Les trois quarts des Français aspirent à une épargne écologiquement responsable

-

- - -

Selon le Baromètre de l'économie d'octobre 2019 réalisé par Odoxa, pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances, la protection de l'environnement dans les actes (comportement, épargne) devient une habitude.

Agir pour l'environnement à travers sa consommation, mais également son épargne, semble devenir une habitude en France. C'est une des conclusions du dernier Baromètre de l'économie d'octobre 2019 réalisé par Odoxa, pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances.

En effet, il ressort que plus de 9 Français sur 10 en ont déjà adopté au moins un comportement visant à protéger l'environnement. 54% sont mêmes devenus adeptes de la décroissance. 

"Depuis les élections européennes et le score 'canon' de la liste Jadot on découvre chaque semaine à quel point la France est devenue 'écolo'. Notre sondage le confirme. Nous avons testé 15 comportements du quotidien qui visent à préserver l’environnement. Beaucoup ont déjà été adoptés par de nombreux Français et ceux qui ne sont pas encore majoritairement adoptés dans les foyers sont amenés à le devenir à court ou moyen terme", commente Patrick Dixneuf, directeur général d’Aviva Europe et d’Aviva France.

Evolution spectaculaire

Conséquence sur la finance verte, les placements soucieux de l’environnement ont la cote: les trois-quarts des Français (75%) jugent important que leur épargne soit investie dans des produits financiers respectueux de l’environnement et de l’homme.

"L’évolution en deux ans est spectaculaire, puisque sur notre baromètre AVIVA de novembre 2017, les Français n’étaient 'que' 62% à répondre par l’affirmative à la même question. Cela consacre donc une progression de 13 points en moins de deux ans. Cela signifie vraisemblablement que ce type de placements dispose désormais d’un véritable espace dans le portefeuille des investissements de nos concitoyens", ajoute Patrick Dixneuf.

Néanmoins, "les solutions d’épargne durable sont encore peu investies par les Français. Cela doit questionner les acteurs du secteur financier pour renforcer la pédagogie sur ces sujets et repenser leurs offres afin d’intégrer plus largement la responsabilité sociale et environnementale".

Notre enquête mensuelle montre également une dégradation sensible de la confiance en l'avenir de la situation économique du pays, malgré le pouvoir d'achat en hausse et une croissance qui résiste. L'indicateur recule de 9 points à 29% et l’indice retombe à son niveau de mai dernier

Olivier Chicheportiche