BFM Business

Les sociétés qui gèrent les autoroutes "surprotégées"?

Christian Eckert relance la polémique sur les concessionnaires d'autoroutes.

Christian Eckert relance la polémique sur les concessionnaires d'autoroutes. - Alain Jocard - AFP

Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, a estimé mardi que les contrats des sociétés concessionnaires d'autoroutes les "surprotègent".

Le bras de fer n'est pas fini entre l'Etat et les entreprises qui gèrent les autoroutes. Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, a estimé ce mardi que les sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA) bénéficiaient de contrats avec l'Etat qui les "surprotègent", au moment où les discussions se poursuivent sur les tarifs des péages.

Christian Eckert, qui s'exprimait devant l'Association des journalistes économiques et financiers, n'a pas donné d'indices sur l'issue des négociations en cours, mais a souligné que "les sociétés d'autoroutes font des bénéfices considérables".

"Les conditions de la privatisation, les clauses qui ont été mises dans les contrats, dans la plupart des contrats, sont des clauses qui surprotègent les sociétés d'autoroutes. C'est censé rémunérer le risque, je veux bien, mais là quand même, c'est assez édifiant", a-t-il poursuivi.

"La Cour des comptes l'a dit, l'Autorité de la concurrence l'a dit, même si certains points sont contestés par les sociétés d'autoroutes. Quand autant d'organismes complètement indépendants disent des choses aussi fortes, regardez les chiffres, il y a effectivement à s'interroger", a encore le secrétaire d'Etat.

Lundi, Bercy avait indiqué que les "discussions se poursuiv(ai)ent" entre l'Etat et les sociétés d'autoroutes sur les tarifs des péages, alors que des informations de presse faisaient état d'un accord.

La presse évoque un accord déjà conclu

RTL avait ainsi annoncé qu'un accord avait été conclu prévoyant une hausse de 0,57% du tarif des péages au 1er juin mais aussi l'engagement des sociétés d'autoroutes à lancer un plan d'investissement de trois milliards d'euros. Christian Eckert a confié mardi, à propos des négociations avec les SCA, que "c'était assez sportif, assez ferme". L'augmentation de 0,57% était celle prévue au 1er février mais qui a été ensuite gelée par le gouvernement.

Les discussions s'appuient sur les conclusions d'un rapport qui assure que les sociétés d'autoroute (SCA) ne réalisent pas de "surprofits" et a préconisé des réformes modestes. Ce rapport cite notamment un plan de relance autoroutier de 3,2 milliards d'euros, qui pourrait être compensé par une augmentation de la durée des concessions.

La polémique autour des sociétés d'autoroute est née d'un rapport de l'Autorité de la concurrence, organisme indépendant qui avait pointé à la mi-septembre 2014 dans un rapport une "rentabilité exceptionnelle" des SCA, sur fond de hausse des péages supérieure à l'inflation depuis leur privatisation il y a près de 10 ans, et assimilé leur situation à une "rente".

Les SCA ont montré leur détermination à défendre l'application de leurs contrats, en portant l'affaire devant le Conseil d'Etat.

N.G. avec AFP