BFM Business

Les services secrets disposeront de 50 millions d'euros en 2013

L'essentiel des fonds spéciaux va à la DGSE

L'essentiel des fonds spéciaux va à la DGSE - -

Les députés examineront le 9 novembre le budget des services du Premier ministre pour 2013. Ce budget prévoit 50,2 millions d'euros destinés aux fonds spéciaux, en d'autres termes aux services secrets tricolores.

50,2 millions d'euros : c'est le montant des fonds spéciaux ouvert dans le projet de loi de finances pour 2013. Un montant qui ne reflète toutefois pas la réalité. Chaque année, en effet, le gouvernement abonde ces crédits en fonction de contraintes extérieures qui restent par nature secrètes. Ainsi, en 2012, pour 51,7 millions de dotation initiale, les fonds spéciaux devraient atteindre 65 millions en fin d'année.

Ces fameux fonds spéciaux, désormais contrôlés chaque année par une commission spéciale du Parlement, financent aussi bien des actions à caractère militaire que des opérations de contre-terrorisme ou des recherches liées à de grosses fraudes fiscales ou douanières.

8,6 millions pour les écoutes téléphoniques

L'essentiel des crédits va naturellement à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) pour ses opérations sur le sol de pays étrangers.

Mais elle n'est pas la seule à pouvoir disposer de fonds spéciaux. Le Groupement interministériel de contrôle (GIC), géré par le ministère de la Défense, et situé sous les Invalides, à Paris, dispose également de huit millions d'euros pour financer les écoutes téléphoniques et les interceptions radiophoniques dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou le contre-espionnage.

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), qui dépend du ministère de l'Intérieur, peut compter sur 800 000 euros pour ses opérations anti-terroristes. La Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD), l'ex-"sécurité militaire", chargée entre autre d'enquêter sur les personnels de la défense nationale, est dotée, elle, de 80 000 euros. De son coté, la Direction du renseignement militaire (DRM), les services de renseignement de l'Armée, obtiennent 60 000 euros sur les fonds spéciaux.

Outre la sécurité, les services fiscaux et douaniers profitent également de ces crédits. Tracfin, l'organisme de lutte contre la fraude dépendant de Bercy récupère 20 000 euros. Et 15 000 autres euros vont à la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (Dnred).

Enfin, le cabinet du Premier ministre dispose de 40 000 euros en début d'année pour participer au financement d'opérations secrètes. Ce montant peut être revu à la hausse par simple décret d'avance durant l'année en cas de besoin.

Quant aux "fonds secrets" dont dispose traditionnellement le président de la République, ils n'apparaissent pas tel quel dans le projet de budget.

Le titre de l'encadré ici

|||La DGSE recrute Chefs de projet en informatique et télécoms, ingénieurs base de données, analystes-programmateurs, mais aussi comptables et documentalistes... Chaque année, la DGSE recrute plusieurs dizaines de personnes dans des métiers très différents. Mais certaines compétences sont plus spécialement recherchées: crypto-mathématiciens, traducteurs, techniciens en systèmes d'information.

Patrick Coquidé