BFM Business

Les principales mesures du programme économique de Marine Le Pen

Marine Le Pen sera présente au second tour de l'élection présidentielle.

Marine Le Pen sera présente au second tour de l'élection présidentielle. - Anne-Christine Poujoulat - AFP

Avec 21,43% des voix, la candidate du Front national est désormais qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle. Voici ses principales propositions en matière économique.

Sans grande surprise, Marine Le Pen s’est qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle, malgré une campagne qui a vu ses thèmes de prédilection n’être que très peu abordés.

Mais si le FN ne s’est pas toujours distingué par ses propositions économiques et sociales, son programme 2017 semble avoir fait mouche auprès d’un certain électorat. En voici les principales mesures.

Revenir à une monnaie nationale

Une fois élue, Marine Le Pen compte bien négocier à Bruxelles la sortie de la France de l'euro, parallèlement à celle de l'espace Schengen. En cas d’échec, ce qui constitue le scénario le plus probable, la candidate prévoit d’organiser un référendum sur l’appartenance à l’Union européenne.

Baisser les charges des entreprises

La présidente du Front national souhaite se concentrer sur les PME et les TPE. Elle souhaite pour cela fusionner l’ensemble des dispositifs d’allègement de charges, y compris le Crédit d’impôt compétitivité et emploi (CICE), et conditionner le tout au maintien de l’emploi.

La candidate veut également moduler l’impôt sur les sociétés, avec trois taux distincts de 15%, 24% et 33% (le taux actuel) selon la taille de l’entreprise. La première embauche d'un jeune de moins de 21 ans sera, en outre, exonérée de charges.

Taxer les importations

Marine Le Pen compte instaurer une taxe de 3% sur les produits et services importés, destinée à financer une prime de pouvoir d’achat pour les revenus les plus modestes. Celle-ci atteindra au moins 80 euros par mois.

Taxer les emplois d'étrangers

La préférence nationale, que la dirigeante veut inscrire dans la Constitution, se traduira également par une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers, de l'ordre de 10% et payée par les entreprises. 

Abolir la loi Travail

La candidate souhaite le retrait de la loi El Khomri, mais laissera la possibilité aux branches professionnelles de négocier un éventuel allongement du temps de travail. En outre, les heures supplémentaires seront défiscalisées, comme c’était le cas avant le mandat de François Hollande.

Alléger l’impôt des particuliers

Une baisse de 10% de l'impôt sur le revenu pour les trois premières tranches est prévue dans le programme frontiste. Tout comme la suppression du prélèvement à la source, prévu pour entrer en vigueur le 1er janvier 2018, même si celui-ci ne représentait pas de contrainte particulière pour les contribuables.

Revenir à la retraite à 60 ans

Marine Le Pen souhaite reculer l’âge légal du départ à la retraite à 60 ans, avec 40 annuités de cotisations. Dans le même temps, le minimum vieillesse sera revalorisé de 20%, sous condition de nationalité ou de résidence de longue durée.

Soutenir l’agriculture

Dans le cadre des négociations avec l’UE, Marine Le Pen veut transformer la Politique agricole commune (PAC) en "Politique agricole française". Mais aussi interdire l'importation de produits agricoles qui ne respectent pas les normes de production françaises. Elle souhaite également que les éleveurs français bénéficient d’un taux réduit de TVA.

Yann Duvert