BFM Business

Les industriels européens mettent en garde contre "les pratiques prédatrices" de la Chine pendant la crise

Dans une lettre adressée à Ursula von der Leyen, l'AEGIS Europe exhorte Bruxelles à agir pour éviter que la Chine ne profite de la crise pour inonder le continent de produits bon marché.

Un afflux de produits chinois bon marché sur le territoire européen. Voilà ce que redoutent certains industriels en Europe. Alors que la production y est toujours fortement ralentie, l'AEGIS Europe, un groupement qui défend le secteur manufacturier, exhorte Bruxelles à agir. Il faut "protéger l'industrie européenne contre les pratiques inéquitables, prédatrices et anticoncurrentielles" écrivent les industriels dans une lettre adressée à Ursula von der Leyen.

"L'UE a besoin prendre des mesures décisives pour protéger les entreprises manufacturières, empêcher une poussée stratégique des producteurs de pays tiers et éviter une prise de contrôle importante de son industrie."

Risque de prises de contrôle

Mais plusieurs experts tempèrent cette menace. Selon eux, les produits chinois, souvent à faible valeur ajoutée, ne représentent pas une concurrence directe pour les industriels, et notamment les industriels français. Les entreprises innovantes, ou les fabricants de produits haut de gamme vont pouvoir au contraire profiter de la réouverture du marché chinois, et relancer leurs exportations dès que possible.

En revanche, un autre risque pourrait lui être bien réel. Celui du rachat d'entreprises en difficulté par des concurrents, ou par des fonds d'investissement étrangers. A tel point que l'Allemagne va adopter un projet de loi ce mercredi. L'objectif : contrôler davantage les projets d'acquisition menés par des acteurs extérieurs à l'Union européenne.

Thomas Leroy avec Raphaël Couderc