BFM Business

Les grèves de la SNCF et d'Air France coûteront moins cher que l'épisode neigeux de février

-

- - SNCF

Si la SNCF et Air France sont financièrement touchées par les grèves, l'économie française elle est loin d'en sentir les effets.

Combien coûte la grève ? Alors qu’on en est au cinquième jour de mobilisation tant pour la SNCF que pour Air France, on commence à estimer ce que ce mouvement va coûter à ces différentes entreprises.

Les patrons d’Air France et de la SNCF ont fait leurs calculs. Pour la compagnie aérienne, la grève des pilotes coûte aux alentours de 25 millions d’euros par jour. Et comme on en est à cinq jours de grève, cela représente 125 millions d’euros pour le moment.

Côté SNCF, c’est un peu moins coûteux au quotidien. Guillaume Pépy, le président de la SNCF, estime que les pertes se chiffrent à 20 millions d’euros par jour entre les remboursements et le manque à gagner, soit jusqu'à présent 100 millions d’euros depuis le début du conflit.

Et que représentent ces sommes pour ces compagnies? Donc il faut savoir que les 125 millions d’euros perdus par Air France représentent plus que le prix d’un Airbus A320Neo au tarif catalogue. Mais comme les compagnies ne paient jamais le prix catalogue, Air France aurait pu se payer entre deux et trois Airbus A320neo (49 millions d'euros pièce selon l'estimation de Challenges). Pour la SNCF, avec les 100 millions d’euros perdus, la compagnie aurait pu s’offrir 4 rames de TGV (25 millions d'euros pièce dans la dernière commande de l'Etat), ou 11 TER.

L'épisode neigeux plus dommageable que les grèves sur l'économie

Et si le mouvement va jusqu’à son terme pour la SNCF (soit 36 jours de grève), la somme pourrait alors atteindre théoriquement 720 millions d’euros. Soit 36 rames de TGV. Côté Air France, c’est 11 jours de grèves qui sont prévus, soit l’équivalent de plus de cinq Airbus A320neo.

Des sommes très conséquentes pour ces compagnies mais qu'en est-il de l'impact sur l'économie au global? Selon les estimations de l'Insee, il serait finalement assez faible. En cas de grève très dure qui irait jusqu’au bout des 36 jours, l’Insee estime l’impact à 0,1 voire 0,2 point de PIB. C’est surtout le secteur du tourisme qui serait impacté avec des pertes estimées à 150 millions d’euros sur le trimestre.

En Ile-de-France le manque à gagner global (si on tient compte de la baisse de productivité des entreprises) pourrait atteindre 150 millions par jour. Cela peut paraître énorme mais ça ne l’est pas tant que ça. L’épisode neigeux de février avait coûté 400 millions par jour, soit près de 3 fois plus qu’une journée de grève aujourd’hui.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco