BFM Business

Les exportations chutent en avril à leur niveau d'il y a 20 ans, ce qui plombe le déficit commercial français

-

- - Mychele Daniau - AFP

A cause du confinement de l'économie, les exportations se replient de 11,4 milliards d'euros à 23,7 milliards en avril. Soit leur niveau de l'été 1999, selon les Douanes.

Le déficit commercial de la France s'est creusé en avril en raison d'une forte chute des exportations, qui a été supérieure à celle des importations, cette contraction des échanges étant liée aux mesures de confinement, ont annoncé mardi les Douanes.

Le déficit commercial a atteint 5 milliards d'euros en avril, soit 1,8 milliard de plus qu'en mars, la chute des exportations ayant été supérieure à celle des importations, ont indiqué les Douanes dans un communiqué. Lors du mois précédent, la situation était inverse, entraînant ainsi une réduction du déficit commercial.

Retour 20 ans en arrière

"Cette contraction très forte des échanges depuis deux mois est liée aux mesures de confinement mises en place en France et dans le monde dans le contexte de crise sanitaire Covid-19", ont expliqué les Douanes.

La chute des exportations s'est accélérée (-11,4 milliards d'euros en avril, après -7,1 milliards en mars). Elles retombent à 23,7 milliards d'euros, soit "à un niveau qu'elles n'avaient plus atteint depuis l'été 1999". Sur un mois, par rapport à mars, les exportations chutent ainsi de près de 32,5%. Sur un an, le repli est considérable: près de -44%. 

Les importations ont, elles, poursuivi leur repli, reculant de 9,6 milliards d'euros en avril, après avoir déjà baissé de 8,8 milliards le mois précédent. Les importations atteignent ainsi un niveau de 28,7 milliards d'euros en avril.

Chute des importations énergétiques 

Dans le détail, le déficit énergétique s'est réduit "quasiment de moitié" en raison de la "très forte contraction des approvisionnements", notamment en pétrole raffiné.

Le solde en biens de consommation redevient déficitaire du fait d'un décrochage des exportations, alors qu'il avait été à l'équilibre en mars pour la première fois depuis 2003. 

Parmi les évolutions les plus notables figurent "le pic des approvisionnement en produits de l'industrie textile sous l'effet des importations massives de masques de protections et le repli des livraisons de produits pharmaceutiques, contrecoup du bond enregistré en mars", ont détaillé les Douanes.

Même schéma pour le solde des transactions courantes: il s'est dégradée de façon "marquée" entre mars et avril, passant de -2,8 à -5,4 milliards d'euros, a indiqué la Banque de France (BdF) dans un communiqué. "Cette détérioration découle d'une très forte contraction des échanges de biens et de services, touchant plus fortement les exportations que les importations", a expliqué la BdF. 

OC avec AFP