BFM Business

Le trafic aérien européen reste fortement perturbé

Appareils cloués au sol à l'aéroport de Varsovie. Selon l'agence européenne de contrôle aérien Eurocontrol, d'importantes perturbations du trafic aérien sont encore à prévoir pour samedi du fait du nuage de cendres volcaniques venu d'Islande. /Photo prise

Appareils cloués au sol à l'aéroport de Varsovie. Selon l'agence européenne de contrôle aérien Eurocontrol, d'importantes perturbations du trafic aérien sont encore à prévoir pour samedi du fait du nuage de cendres volcaniques venu d'Islande. /Photo prise - -

par Michael Holden LONDRES - Le nuage de cendres formé par l'éruption d'un volcan en Islande provoque des perturbations sans précédent depuis les...

par Michael Holden et Avril Ormsby

LONDRES (Reuters) - Le nuage de cendres formé par l'éruption d'un volcan en Islande provoque des perturbations sans précédent depuis les attentats du 11 septembre 2001 dans le trafic aérien en Europe, où des centaines de milliers de passagers sont bloqués.

Après avoir touché la Grande-Bretagne et les pays scandinaves jeudi, le nuage de cendres volcaniques s'est propagé vendredi au sud et à l'est, obligeant une dizaine de pays à fermer tout ou partie de leur espace aérien.

Selon l'agence européenne de contrôle aérien Eurocontrol, d'importantes perturbations sont encore à prévoir samedi.

L'agence estime entre 12.000 et 13.000 le nombre de vols assurés vendredi dans l'espace aérien européen, contre 29.500 en temps normal. Jeudi, on a enregistré 20.334 vols avant que de nombreux aéroports décident de suspendre leurs activités.

"Je dirais que l'Europe connaît ses perturbations aériennes les plus importantes depuis les attentats du 11-Septembre", a déclaré un porte-parole de l'Aviation civile britannique.

"En ce qui concerne la fermeture de l'espace aérien, c'est pire qu'après le 11-Septembre", a-t-il ajouté. Après le 11-Septembre, l'espace aérien américain avait été fermé pendant trois jours, obligeant les compagnies européennes à suspendre tous leurs vols transatlantiques.

PLUSIEURS MOIS DE PERTURBATIONS ?

Les perturbations interviennent au moment où les compagnies aériennes internationales sortent à peine d'un net ralentissement de leur activité consécutive à la crise économique mondiale.

L'Association internationale du transport aérien (IATA) estime à plus de 200 millions de dollars par jour le coût de ces perturbations pour les compagnies aériennes.

En Bourse vendredi, les titres des compagnies ont chuté, de 1,4 à 3,0%, notamment pour Lufthansa, British Airways, Air Berlin, Air France-KLM, Iberia et Ryanair.

"Nous comprenons l'impact économique, à la fois pour les compagnies et l'économie européenne en général, mais la sécurité passe avant tout", a déclaré Joe Sultana d'Eurocontrol.

Des responsables islandais ont fait savoir que le volcan entré en éruption mercredi sous le glacier Eyjafjallajokull continuait de cracher des cendres. Selon des volcanologues, le trafic aérien pourrait être perturbé pendant six mois si l'éruption se poursuit.

LES PERTURBATIONS CONTINUENT EN FRANCE

Le trafic aérien sera encore très perturbé samedi en France, où 26 aéroports, dont les trois de la région parisienne et celui de Lyon, seront fermés.

Sur fond de chassé-croisé des vacances de printemps, déjà compliqué par une grève à la SNCF, de nombreux vols avaient déjà été annulés vendredi dans le sud de la France, à Lyon et à Marseille ainsi qu'à Nice.

Quatorze aéroports, dont ceux d'Ile-de-France (Roissy-Charles-de-Gaulle, Orly et Le Bourget) resteront fermés jusqu'à samedi 14h00, a annoncé la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Quatre autres devaient fermer à partir de vendredi 23h00, deux à partir de minuit, celui de Nantes à partir de samedi 04h00 et cinq, dont Lyon, à compter de 08h00.

La DGAC recommande aux voyageurs de ne pas se rendre dans les aéroports fermés. Le Premier ministre François Fillon a convoqué les ministres concernés à une réunion de travail samedi à 11h00, à l'Hôtel Matignon.

En Grande-Bretagne, plaque tournante du trafic transatlantique, l'espace aérien restera fermé au-dessus de l'Angleterre et du Pays de Galles samedi au moins jusqu'à 13h00 locales, ont annoncé des responsables de l'aviation.

British Airways (BA) a fait savoir que tous ses vols au départ et à destination de Londres étaient annulés samedi. Les services de contrôle de la navigation aérienne britannique n'excluent pas des départs et des arrivées pendant une partie de la matinée aux aéroports de Manchester et de Liverpool, dans le nord de l'Angleterre. Le trafic aérien ne fait l'objet d'aucune restriction en Ecosse et en Irlande du Nord.

En Italie, les autorités fermeront probablement samedi l'aéroport de Milan-Malpensa, a annoncé la protection civile vendredi. On ne signale aucun projet de fermeture de l'aéroport de Rome-Fiumicino.

L'espace aérien roumain sera partiellement fermé au trafic à partir de ce vendredi soir à 21h00 GMT en raison du nuage de cendres dégagé par l'éruption volcanique en Islande, a annoncé le Premier ministre Emil Boc. Cette mesure ne concerne pour le moment que le nord-ouest du pays et les aéroports d'Oradea, Satu Mare et Baia Mare, proches de la frontière hongroise.

Aux Etats-Unis, un porte-parole de l'Association américaine du transport aérien a dit que les compagnies américaines avaient annulé près de 200 vols au départ et à destination de l'Europe.

Les cendres rejetées par le volcan contiennent des particules de verre et de roche pulvérisée qui peuvent endommager les moteurs et le fuselage des appareils.

L'incident le plus spectaculaire provoqué par des cendres volcaniques remonte à 1982. Un avion de British Airways avait subi une panne de moteurs au-dessus de l'Indonésie. L'appareil avait chuté de plusieurs milliers de mètres avant que les moteurs ne redémarrent. Cet incident a incité l'industrie aéronautique à mettre en place des plans d'urgence internationaux qui ont été activés jeudi.

Avec les rédactions de Londres, Dublin, Amsterdam, Bruxelles, Genève, Reykjavik, Paris, Rome et Bucarest. Pascal Liétout, Clément Dossin et Philippe Bas-Rabérin pour le service français