BFM Business

Le préfet du Morbihan exhorte les entreprises à "rouvrir" pour éviter "la pire récession du siècle"

-

- - Jose Torres - AFP

Alors que la France est en plein confinement, Patrice Faure estime que les consignes gouvernementales ont été "surinterprétées". De nombreuses entreprises, "dans des secteurs qui n'étaient visés ni par les interdictions, ni par les dispositifs de soutien des pouvoirs publics" ont fermé, a-t-il regretté.

Le préfet du Morbihan Patrice Faure a exhorté jeudi les entreprises à rouvrir "dans le respect du droit et des gestes barrières" afin de conjurer "l'autre fléau qui nous menace", à savoir "la pire récession du siècle". 

"Les consignes présidentielles et gouvernementales impliquent certes de réduire les déplacements au strict minimum pour les individus, de restreindre la vie sociale à sa plus simple expression et de fermer certains commerces et secteurs d'activités", explique le préfet dans un communiqué de presse. 

Mais, "la nécessaire prise de conscience de ces derniers jours a conduit à ce que ces consignes soient surinterprétées", explique le préfet du Morbihan, une des zones de l'Ouest la plus touchée par l'épidémie de coronavirus. 

"Un danger certain à l'économie"

Aussi, de nombreuses entreprises, "dans des secteurs qui n'étaient visés ni par les interdictions, ni par les dispositifs de soutien des pouvoirs publics" ont fermé, a regretté le représentant de l'Etat en région.

Ces décisions occasionnent "un danger certain à l'économie, à la chaîne logistique, aux approvisionnements et à terme à la stabilité financière de toute le pays".

Le préfet, "afin que la continuité de l'économie du territoire soit assurée", demande ainsi "à toutes les entreprises susceptibles de poursuivre, même partiellement, leur activité, dans le respect du droit et des gestes barrières, de rouvrir". 

"C'est à l'arrière que se gagnent les guerres"

Sur un ton plus lyrique, le préfet, qui cite également "La Peste" d'Albert Camus dans le communiqué, file la métaphore militaire: "je sais d'expérience que les batailles se gagnent en première ligne, mais que c'est à l'arrière que se gagnent les guerres".

Âgé de 52 ans, Patrice Faure a notamment été instructeur aux écoles de Saint-Cyr-Coetquidan et directeur de la police générale à la préfecture de police de Paris. Il est préfet du Morbihan depuis août dernier.

TL avec l'AFP