BFM Business

Le PDG d'Axa plaide pour la création d'un "régime d'assurance pandémie"

-

- - Lionel BONAVENTURE - AFP

Le PDG de l'assureur Axa, Thomas Buberl, plaide pour la mise en place d'un mécanisme de mutualisation afin de créer un "régime d'assurance pandémie" capable de répondre à une crise comme celle du Covid-19.

"Nous devons réfléchir à la création d'un mécanisme de mutualisation qui puisse accompagner les crises sanitaires d'une telle ampleur", a déclaré le PDG d'Axa dans une interview accordée au Journal du Dimanche.

"Axa est prêt à prendre l'initiative pour travailler avec l'État français et d'autres États européens afin de créer un régime d'assurance pandémie permettant de couvrir ces catastrophes sanitaires, inspiré de celui qui existe déjà pour les catastrophes naturelles", a dit Thomas Buberl.

Un tel régime "pourrait appartenir à 50% à l'État et à 50% à un pool d'assureurs privés", a suggéré le PDG. "On encaisserait chaque année des primes qui seraient mises en réserve. En cas de crise, les assureurs paieraient jusqu'à deux à trois fois le montant des primes, l'État prenant le relais au-delà".

"Le monde n'est pas assez préparé"

"Je vais prendre une initiative pour avancer dans cette direction. Mais il faudra aussi faire beaucoup plus en matière de prévention", a prévenu le patron d'Axa, en estimant que "l'un des enseignements de cette pandémie est que le monde n'était pas assez préparé et ne s'est pas assez coordonné".

"Or, avec le réchauffement climatique notamment, nous avons devant nous de grands dérèglements requérant une grande préparation et des actions coordonnées au niveau mondial", a-t-il estimé. 

Thomas Buberl a par ailleurs récusé l'idée d'une possible prise en charge de pertes d'exploitation d'entreprises laminées par la crise du coronavirus si elles n'ont pas dûment cotisé.

"Une entreprise peut être assurée contre le risque de perte d'exploitation lié à une épidémie, même si c'est assez rare qu'une entreprise prenne ce type d'assurance. En revanche, nous ne pouvons prendre en charge toutes les pertes non assurées provoquées par le confinement". "Le secteur de l'assurance se mettrait en danger s'il payait un sinistre pour lequel personne n'a cotisé", a ajouté le patron d'Axa.

Le vice-président de la Fédération française de l'Assurance (FFA), Jean-Laurent Granier, avait déjà estimé jeudi que si les assureurs devaient couvrir les pertes d'exploitation des entreprises affectées par la crise du coronavirus, évaluées à quelque 50 milliards d'euros, "il n'y aurait plus d'assureurs dommages", car tous leurs fonds propres y passeraient.

Sandrine Serais avec AFP